Gaza : un raid aérien israélien contre des cibles du Hamas

Un nuage de fumée après une frappe aérienne israélienne sur Gaza, le 14 juillet 2018 [MAHMUD HAMS / AFP] Un nuage de fumée après une frappe aérienne israélienne sur Gaza, le 14 juillet 2018 [MAHMUD HAMS / AFP]

L'armée israélienne a annoncé avoir mené dans la nuit de samedi à dimanche un raid aérien contre des cibles du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, en réaction à des tirs de projectiles vers le sud d'Israël.

Le Hamas avait annoncé avoir conclu un cessez-le-feu samedi soir après les plus importants raids israéliens contre la bande de Gaza depuis la guerre dévastatrice de l'été 2014 dans l'enclave palestinienne.

Un des deux projectiles tirés dans la nuit de samedi à dimanche à partir de la bande de Gaza a été intercepté par le système antimissile israélien, a indiqué l'armée dans un communiqué.

L'opération de l'armée a été menée en représailles sur plusieurs cibles du Hamas dans la ville de Gaza, notamment sur un bâtiment servant de «centre d'entraînement» au Hamas, selon la même source.

L'immeuble de cinq étages servait de bibliothèque nationale dans l'enclave palestinienne, précise-t-on.

Des tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 14 juillet 2018 [Bashar TALEB / AFP]
Des tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 14 juillet 2018

Deux Palestiniens ont été tués dans des frappes qui sont intervenues samedi au lendemain de heurts meurtriers à la frontière entre Israël et la bande de Gaza et après une confrontation nocturne avec le mouvement islamiste Hamas, qui a continué à tirer des roquettes et des obus de mortier sur le territoire israélien samedi alors qu'Israël effectuait des raids aériens.

Trois civils israéliens ont été blessés lorsqu'une roquette s'est abattue sur leur maison, dans le sud du pays.

«Le Hamas continue d'utiliser des infrastructures civiles pour des objectifs militaires, mettant en danger la population civile», affirme le communiqué de l'armée israélienne.

Cessez-le-feu

Une médiation de l'Egypte a permis de parvenir à un cessez-le-feu, avait indiqué samedi soir un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum dans un communiqué. Interrogé par l'AFP, un porte-parole militaire israélien n'a pas souhaité faire de commentaire.

Depuis le 30 mars, la zone frontière avec Israël est le théâtre de manifestations contre le blocus israélien et pour le «droit au retour» des Palestiniens chassés de leurs terres ou qui ont fui à la création d'Israël en 1948.

Au moins 141 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens et plus de 4.000 blessés par balle depuis le début de ces manifestations. Aucun Israélien n'a été tué.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008 et observent un cessez-le-feu tendu depuis le conflit armée de 2014.

Fin mai, les forces israéliennes et les groupes armés de Gaza avaient déjà connu une sévère confrontation. L'armée israélienne avait notamment dit avoir frappé 65 positions militaires du Hamas dans l'enclave palestinienne en représailles au tir d'une centaine de roquettes et d'obus de mortier contre son territoire.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles