Un réfugié syrien sans papiers coincé à l'aéroport de Kuala Lumpur depuis 135 jours

Cet homme de 37 ans est arrivé le 7 mars dernier par un vol en provenance du Cambodge[Capture d'écran - twitter]

Hassan Al-Kontar, exilé syrien, est coincé entre les murs de l'aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie, depuis 135 jours.

Cet homme de 37 ans est arrivé le 7 mars dernier par un vol en provenance du Cambodge. Depuis, il erre, à la recherche d'occupations et de nourriture dans cette zone de transit qu'il ne peut quitter, faute de papiers et de statut de réfugié.

Pour Hassan al-Kontar, les difficultés ne datent pas d'hier. Quelques années avant le conflit syrien, il part pour les Emirats Arabes Unis afin de prendre un poste de gestionnaire marketing pour des assureurs. Mais quand la guerre éclate dans son pays d'origine, on lui refuse le renouvellement de son passeport car il n'a pas voulu effectué son service militaire.

C'est aussi pour cette raison qu'il ne peut rentrer en Syrie, dont le régime enferme les jeunes hommes comme lui qui n'ont pas voulu accomplir leur «devoir». Puis, c'est au tour des Emirats Arabes Unis de ne pas renouveller son visa, laissant Hassan sans papiers.

6 années de clandestinité

Après six années de vie précaire et clandestine aux Emirats, il retrouve finalement un passeport temporaire mais le temps écoulé depuis la délivrance de son dernier titre ne l'autorise pas à en obtenir un nouveau. Quelque temps plus tard, il est arrêté par les autorités émiraties et déporté en Malaisie. 

Il tente finalement de se rendre en Equateur, un autre pays qui accepte les Syriens sans visa mais l'entrée lui est refusée sans explication. Idem pour le Cambodge d'où il est renvoyé de nouveau : destination aéroport de Kuala Lumpur.

Plus de 14.000 abonnés

Grâce aux réseaux sociaux, l'histoire d'Hassan a été diffusée dans le monde entier. Il reçoit ainsi des repas et du soutien de la part d'étrangers s'arrêtant dans cette zone de transit ou d'employés de l'aéroport.  

L'homme crie sa colère face à l'injustice de sa situation et de celle de son peuple sur son compte Twitter qui compte plus de 14.000 abonnés. Pour son anniversaire qu'il a fêté dans les couloirs du terminal 2 en juillet, l'exilé a aussi reçu de nombreux messages de soutien. 

Des bénévoles canadiens de Colombie-Britannique de l'association Canada Caring Society ont contacté Hassan et tentent de l'aider en collectant de l'argent et en faisant appel à un avocat. Une pétition a aussi été lancée pour l'intervention d'Ahmed Hussein, le ministre de l’immigration du Canada.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles