Tout savoir sur Guillaume Larrivé, co-rapporteur de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla

Guillaume Larrivé, député de la première circonscription de l'Yonne, à l'Assemblée nationale. Guillaume Larrivé, député de la première circonscription de l'Yonne, à l'Assemblée nationale.[JACQUES DEMARTHON / AFP]

Le député Les Républicains Guillaume Larrivé codirige avec l'élue La République en Marche Yaël Braun-Pivet la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'affaire Alexandre Benalla.

Ce conseiller d'Etat en détachement de 41 ans, nommé au titre de représentant de l'opposition, connaît bien les rouages du monde politique. Passé par Sciences Po, l'Essec et l'Ena, il n'a, en effet, pas tardé à délaisser la plus haute juridiction administrative, où il avait été affecté, pour se faire une place dans les arcanes du pouvoir. 

En 2005, même pas trentenaire, il devient ainsi conseiller juridique au sein du cabinet de Nicolas Sarkozy, alors chargé de l'Intérieur. Intéressé par les questions d'immigration, il rejoint en 2007 Brice Hortefeux au ministère de l'Identité nationale, avant de le suivre au Travail, pour finalement revenir avec lui place Beauvau, en 2011. 

Chassé du pouvoir par l'élection de François Hollande en 2012, il commence une carrière d'opposant, et se fait élire à l'Assemblée nationale, en tant que représentant de la première circonscription de l'Yonne. 

Contrairement à beaucoup de ses camarades primo-députés, il connait bien le Parlement, pour avoir été en contact avec des élus lorsqu'il était collaborateur ministériel. L'institution lui est d'autant plus familière que sa compagne est administratrice de l'Assemblée nationale, où elle est entrée sur concours en 2004. 

Intégré dès son premier mandat à la prestigieuse commission des lois, Guillaume Larrivé a été réélu en 2017. Mais c'est bien l'affaire Benalla qui l'a, récemment, mis sous les projecteurs. Sa fermeté lors des auditions et ses désaccords affichés (en gardant la plus grande courtoisie) avec sa co-rapporteur, issue de la majorité, ont en effet attiré les regards. Un atout pour la suite?

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles