Des centaines de migrants forcent la frontière à Ceuta en lançant de la chaux vive sur la garde civile

La double barrière entre l'enclave espagnole de Ceuta et le Maroc est surmontée de barbelés. La double barrière entre l'enclave espagnole de Ceuta et le Maroc est surmontée de barbelés. [JORGE GUERRERO / AFP]

Plus de 600 migrants africains ont traversé de force, jeudi 26 juillet, la barrière frontalière séparant le Maroc de l'enclave espagnole de Ceuta. 

Il s'agit de la plus importante entrée illégale de personnes depuis février 2017, quand 850 demandeurs d'asile avaient franchi la frontière en deux jours. Jeudi à l'aube, lors d'un assaut extrêmement violent, les migrants ont lancé sur les officiers de la garde civile de la chaux vives et des excréments, tout en utilisant des sprays enflammés à la manière de lance-flammes. Une quinzaine de policiers ont été blessés, et cinq ont dû être hospitalisés pour des brûlures au visage et aux bras. 

Une centaine de migrants ont néanmoins été arrêtés par les forces de l'ordre marocaines, et une centaine d'autres par la garde civile espagnole. Quelques 602 personnes sont en revanche parvenues à escalader la double barrière qui protège l'enclave, non sans être blessés par les barbelés. Une fois en Espagne, plusieurs migrants ont d'ailleurs eux aussi été hospitalisés, et les autres se sont dirigés vers le centre de rétention, où ils peuvent déposer une demande d'asile. 

Ceuta et Mellila, deux confettis territoriaux administrés par Madrid et situés au nord du Maroc, constituent les seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Europe. Depuis la décision de l'Italie de refuser les navires humanitaires, la pression migratoire s'est accentuée sur l'Espagne

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles