Rattrapé par ses scandales, Facebook s'effondre en bourse

En moins de deux heures, plus de 130 milliards de dollars de capitalisation de Facebook ont disparu en fumée. [Oli SCARFF / AFP]

Suite à l'annonce de résultats jugés décevants par les investisseurs, l'action Facebook s'est effrondrée en Bourse, mercredi. 

Le titre a plongé de 24%, après la clôture à Wall Street. En moins de deux heures, plus de 130 milliards de dollars de capitalisation de Facebook ont disparu en fumée. Et les dirigeants ne sont pas optimistes pour la suite. Cette tendance au ralentissement risque de se poursuivre au deuxième semestre. 

«C'est une année cruciale», a reconnu Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. Désinformation, manipulations politiques venues de Russie, le réseau social a connu plusieurs polémiques. Depuis le scandale Cambridge Analytica, mi-mars, la gestion des données personnelles était au coeur des questionnements. Des controverses mauvaises pour son image et susceptibles de refroidir le public et les annonceurs. 

PLUSIEURS DéCEPTIONS

L'une des déceptions provient du ralentissement de la croissance du nombre d'internautes. Si le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens augmente de 11% pour atteindre 1,47 milliard, les marchés en attendaient 1,49 milliard. Le chiffre d'affaires constitué presque uniquement des recettes publicitaires du site, a lui aussi déçu avec un résultat de 13,23 milliards contre 13,36 milliards espérés par les analystes. Pourtant malgré ses résultats en demi-teintes, Facebook a vu son bénéfice net bondir de 31%, à 5,1 milliards de dollars. Mais cela n'a pas suffit à rassurer les marchés. 

279 MILLIONS D'UTILISATEURS ACTIFS QUOTIDIENS EN EUROPE

La nouvelle réglementation européenne mise en place au mois de mai pour forcer les réseaux sociaux à mieux protéger les données privées de leurs utilisateurs s'est déjà soldée par un recul d'un million d'utilisateurs en Europe, reconnait le fondateur de Facebook. En Europe, le réseau social compte 279 millions d'utilisateurs actifs quotidiens. Aux Etats-Unis et au Canada, le nombre d'utilisateurs quotidiens n'augmente plus. 

«Nous investissons tellement dans nos systèmes de sécurité que cela va commencer à avoir un effet sur notre rentabilité, nous commençons à le voir ce trimestre», a détaillé Mark Zuckerberg. L'objectif de Facebook ? Redorer, par tous les moyens, son image. 

Le point positif ? Les plus jeunes se tournent de plus en plus vers la plateforme de partages de photos Instagram, qui vient de passer le milliard d'utilisateurs. Cette croissance a aidé le chiffre d'affaires de sa maison-mère et a permis de limiter la casse pour l'ensemble du groupe. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles