Super Lune, éclipses, pluies de météores : l'agenda astronomique de 2018

Une Super Lune observée en Birmanie, le 4 décembre 2017. Une Super Lune observée en Birmanie, le 4 décembre 2017. [© YE AUNG THU / AFP]

Entre les éclipses lunaires et la visite d'une comète, en passant par une pluie de météorites, l'année 2018 réserve de belles surprises aux observateurs du ciel. Sélection des meilleures nuits pour scruter le cosmos.

31 janvier – Une «Super Lune» bleue

Une première éclipse, lunaire et totale, aura lieu le 31 janvier prochain, à partir de 13h51 (heure de Paris). L'ombre de la Terre cachera le croissant lunaire à mesure que la planète se fraiera un passage entre le soleil et la lune. Le phénomène sera observable de l'Océan pacifique, de l'Alaska, de l'Australie, d'Indonésie, de la Chine, du Japon... D'autres ne verront qu'une éclipse partielle, dont la France et le Royaume-Uni.

Sa particularité ? La pleine lune de cette nuit du 31 janvier sera une «Super Lune», soit une pleine lune qui, en astronomie, coïncide avec la distance minimale la séparant de la Terre, et apparaît donc plus volumineuse. Or, puisqu'elle sera aussi la seconde pleine lune de janvier, elle sera aussi une «lune bleue». Et non, rien à voir avec la couleur : il s'agit d'une pleine lune «supplémentaire» qui se produit lorsqu'une année comporte treize pleines lunes, au lieu de douze lors d'une année habituelle. C'est la première fois depuis 150 ans qu'un tel phénomène se produirait.

7-8 mars – L'alignement des planètes

Les téméraires astronomes qui se lèvent avant l'aube auront la chance de pouvoir observer, pendant quelques nuits à compter de fin février, un impressionnant alignement planétaire. Saturne, Mars et Jupiter sembleront en effet se tutoyer dans le ciel. Mieux : à compter du 7 mars, la lune gibbeuse décroissante se rapprochera de chacune des planètes, comme pour les saluer. Le 8 mars, le satellite naturel s'insérera même entre Mars et Jupiter.

15 juillet – La danse de Vénus avec la Lune

C'est dans la nuit du 15 juillet prochain que les observateurs du ciel pourront, au coucher du soleil, scruter la lune croissante qui apparaîtra pour dire bonjour à Vénus. Les deux objets célestes ne sembleront séparés que de 1,6 degré, l'équivalent de trois disques lunaires.

27 juillet – Une éclipse lunaire totale

Observable depuis l'Amérique du Sud, l'Europe, l'Australie, l'Afrique et l'Asie, cette éclipse se produira une demi-journée après que la lune aura atteint son apogée, le point le plus éloigné de la Terre. Ce sera donc la plus petite lune de l'année. L'astre passera dans l'ombre de la Terre, pour une éclipse totale qui commencera à 21h30.

27 juillet – Mars en version orange fluo

Le même jour que l'éclipse lunaire totale, Mars sera, depuis notre perspective, directement en opposition au soleil. La planète rouge ressemblera ainsi à une étoile orange particulièrement brillante dans l'hémisphère sud.

En outre, l'orbite de Mars autour du soleil n'étant pas parfaitement circulaire, la planète sera tout particulièrement proche de la Terre à cette période de l'année (autour de 57 millions de kilomètres au 31 juillet), donc apparaîtra plus volumineuse. Les bons yeux pourront ainsi sonder en détails la surface martienne.

12-13 août – Une pluie de météores des Perséides

Considérées comme la plus intense des pluies de météorites annuelles, les Perséides sont l'occasion d'observer plus de soixante étoiles filantes par heure. Le phénomène serait d'autant plus réjouissant cette année, puisque son pic coïncidera avec un ciel peu éclairé par la lune dans la nuit du 12 au 13 août.

12 décembre – La visite d'une comète

A priori, la comète 46P/Wirtanen pourra être suffisamment brillante pour être visible à l'œil nu dans la nuit du 12 décembre. Ce serait la comète la plus brillante jamais observée depuis l'hémisphère nord depuis cinq ans. L'astre passera au périhélie (le point le plus proche du soleil) le 12 décembre, et traversera la brillante constellation du Taureau. A vos téléscopes.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles