Un ministre britannique se trompe sur la nationalité de sa femme

Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt (à gauche), a rencontré son homologue chinois, Wang Yi (à droite).[WANG ZHAO / AFP]

Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a présenté, lundi à Pékin, sa femme comme étant «japonaise» alors qu’elle est en réalité … chinoise.

«Ma femme est japonaise», a ainsi lancé Jeremy Hunt en rencontrant son homologue chinois Wang Yi devant les journalistes.

Jérémy Hunt, nommé récemment par Theresa May en remplacement de Boris Johnson, démissionnaire, s’est immédiatement repris. «Ma femme est chinoise - quelle terrible erreur à ne pas faire», a-t-il corrigé, sous les rires de ses hôtes.

A deux doigts de l'incident diplomatique

La Chine et le Japon entretiennent en effet des relations compliquées, les Chinois reprochant notamment à leurs voisins nippons de ne pas reconnaître l’ampleur des crimes commis durant l’occupation japonaise en Chine pendant la Seconde guerre mondiale.

Jeremy Hunt s’est rattrapé, en expliquant que sa «relation avec la Chine remonte à loin». «Ma femme est chinoise, et mes enfants sont à moitié chinois. Nous avons donc des grands-parents qui vivent à Xian (nord du pays), et de forts liens familiaux en Chine».

Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères a ainsi choisi la Chine comme première destination de sa première grande tournée à l'étranger. Un choix fort, dans l'espoir d’entretenir les relations commerciales entre les deux pays. Il doit se rendre ensuite à Paris, puis à Vienne.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles