L'ex-miss météo Solweig Rediger appelle aux dons pour rembourser ses dettes

Solweig Rediger-Lizlow, miss météo sur le «Grand Journal» de Canal+ en 2011 a fait appel au financement participatif pour se sortir d’une situation financière particulièrement compliquée.

La jeune femme, qui avait remplacé Charlotte Le Bon à la météo dans l’émission de Michel Denisot, en 2011, a d’abord publié une vidéo dans laquelle elle décrit, face à la caméra, sa situation.

Après son année sur le Grand Journal, la jeune mannequin est partie continuer sa carrière aux États-Unis, mais elle vit désormais en Italie, où elle est criblée de dettes. C’est la raison pour laquelle elle a lancé cette cagnotte sur le site GoFundMe, grâce à laquelle elle espère récolter près de 10.000 euros.

Elle raconte ainsi que son visa O1 n’a pas été renouvelé aux États-Unis il a deux ans, la forçant à quitter le pays en y laissant «tout sa vie, son travail, ses propriétés, son argent», sans pouvoir les récupérer.

Dans l’espoir d’un retour rapide aux États-Unis - le dossier de son visa serait toujours en attente - Solweig Rediger-Lizlow continue de payer ses «loyers, assurances». Résultat, aujourd’hui, elle se trouve dans une situation financière particulièrement complexe.

Elle décrit ainsi un engrenage qui l’a vu perdre pied financièrement. «Prendre un prêt pour payer un autre, ne pas être en mesure de rembourser, ne pas être en mesure de payer les services publics», raconte la jeune femme.

Résultat, aujourd’hui, elle raconte être bloquée à Gênes (Italie), dans l’appartement de la grand-mère d’une de ses amies. Un appartement qu’elle décrit comme un «dépotoir». Aujourd’hui, son but est de recommencer sa vie, à Londres. Pour ce faire, elle liste les applications qu’elle va trouver aux 9.965 euros qu’elle demande : rembourser des prêts et des crédits, payer sa facture de gaz, aller chez le dentiste, et avoir un peu d’argent de côté pour subvenir à ses besoins le temps qu’elle trouve un emploi dans la capitale britannique.

La jeune femme a pris soin de prévoir des contreparties, consistant pour la plupart du temps en des photos dédicacées, mais également une broderie à la main encadrée pour tout don supérieur à 500 euros.

Neuf jours après le lancement de cette cagnotte, Solweig Rediger-Lizlow a déjà réuni près de 3.000 euros.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles