Venezuela : 6 arrestations après l'«attentat» contre Nicolas Maduro

L'attaque a été menée à l'aide de deux drones, chacun chargé d'un kilo de C4, un puissant explosif militaire, selon le gouvernement vénézuélien[AFP - Image d'illustration]

Six «terroristes» présumés accusés d'avoir voulu viser le président vénézuélien Nicolas Maduro ont été arrêtés, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur vénézueliens. Le chef d'Etat a affirmé avoir été ciblé samedi par une attaque aux drones.

«Nous avons jusqu'à présent six terroristes et tueurs à gages arrêtés, plusieurs véhicules saisis ; des perquisitions ont eu lieu dans divers hôtels de la capitale, où des preuves accablantes ont été découvertes», a déclaré le ministre de l'Intérieur Nestor Reverol, à propos de ces interpellations. Ces arrestations avaient été annoncées dès samedi soir, mais ni leur nombre, ni les circonstances dans lesquelles elles ont été menées, n'avaient été précisées.

«Les exécutants et les planificateurs (de l'attaque) à l'intérieur et à l'extérieur du pays ont été entièrement identifiés, d'autres arrestations ne sont pas exclues dans les prochaines heures», a ajouté M. Reverol. L'attaque a été menée à l'aide de deux drones, chacun chargé d'un kilo de C4, un puissant explosif militaire, capable, selon le ministre, de «faire des dégâts dans un rayon d'environ 50 mètres».

Un des interpellés visé par un mandat d'arrêt

«L'un des aéronefs a survolé la tribune présidentielle afin d'y déclencher la charge explosive (...) mais un dispositif de brouillage a permis de désorienter le drone, ce qui fait que la charge a explosé hors du périmètre prévu», a ajouté le ministre. Le contrôle du second drone a été perdu et il a explosé contre un bâtiment situé non loin du lieu où se déroulait la parade militaire, selon des responsables. L'un des interpellés était visé par un mandat d'arrêt pour une attaque «terroriste» contre une base militaire à Valencia, à l'ouest de Caracas, menée par «une vingtaine de mercenaires» le 6 août 2017, a ajouté Nestor Reverol.

Deux assaillants avaient été tués et huit capturés dont un ex-militaire. Dans une vidéo semble-t-il tournée dans la base de Valencia circulant sur les réseaux sociaux, un homme se présentant comme le capitaine Juan Caguaripan se disait «en rébellion légitime» contre «la tyrannie assassine de Nicolas Maduro». Une personne arrêté avait par ailleurs déjà été interpellé lors de manifestations exigeant le départ de Nicolas Maduro en 2014, selon le ministre. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles