Au Malawi, une superbactérie s'attaque aux nouveau-nés

En 2016, environ 200 bébés malawites sur 1.000 naissances sont ainsi décédés[GIANLUIGI GUERCIA / AFP]

Au Malawi, une bactérie résistante aux antibiotiques s'attaque aux nourrissons, causant des centaines de décès. 

C'est un véritable fléau qui s'abat sur ce pays du Sud-Est de l'Afrique, l'un des plus pauvres du monde. Comme le rapporte CNN, depuis quelques années, de nombreux nouveau-nés contractent le sepsis, et meurent des suites de cette maladie

«Un problème de plus en plus préoccupant»

Cette infection du sang, autrefois appelée «septicémie», touche les bébés dont le système immunitaire est faible : les prématurés, ou ceux dont la santé a été fragilisée par la malnutrition, le paludisme, ou encore le VIH. La bactérie - une Klebsiella ultra-résistante -, pénètre dans le système sanguin du nouveau-né, et surmène son système immunitaire. A terme, certains organes cessent de fonctionner, causant la mort de l'enfant. Ceux qui y survivent gardent d'importantes séquelles, notamment des lésions au niveau du cerveau, du foie, ou des reins. 

Mais, comme l'a expliqué le néonatologiste Kondwani Kawaza à CNN, «20 à 40% des infections diagnostiquées sont désormais résistantes aux antibiotiques. La proportion était beaucoup plus faible il y a cinq ans [...] Cela devient un problème de plus en plus préoccupant», a-t-il expliqué. 

Depuis cette épidémie, le sepsis néonatal est devenu la première cause de mortalité chez les nouveau-nés dans le pays. En 2016, environ 200 bébés malawites sur 1.000 naissances sont ainsi décédés. A titre de comparaison, cette même année en France, on compte 3,7 décès sur 1.000 naissances. 

Au Malawi, pays où de nombreux habitants n'ont pas accès à l'eau courante, et encore moins aux médicaments, nombreuses sont les femmes qui ont ainsi perdu un enfant. Depuis les années 2000, le taux de mortalité néonatal y est resté stable. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles