Indonésie : plus de 70.000 personnes sans domicile après le séisme

Dans certaines parties de l’île, des villages ont presque entièrement été détruits.[SONNY TUMBELAKA / AFP]

À la suite du séisme à Lombok, plus de 70.000 personnes se retrouvent sans domicile en Indonésie. Dormant dans des abris de fortune, ils manquent d’eau potable, de nourriture et de médicaments, ont indiqué les autorités ce mercredi.

Le tremblement de terre de magnitude 6,9 survenu dimanche soir a fait moins 131 morts selon le dernier bilan officiel, mais aussi 236 blessés.

Il a également détruit ou endommagé des milliers de maisons selon les chiffres des autorités, qui ont fait état d’un manque de personnel médical. Quelques jours plus tôt, un premier séisme sur l’île de Lombok avait déjà fait 17 morts.

«Les efforts pour évacuer des gens se sont intensifiés, mais il y a encore beaucoup de problèmes sur le terrain», a déclaré mercredi un porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nurgroho, cité par l’AFP.

Le bilan pourrait encore être revu à la hausse, les équipes de secours étant encore en train de déblayer les débris des bâtiments effondrés.

Dans certaines parties de l’île, des villages ont presque entièrement été détruits, et de nombreux habitants dorment à la belle étoile, loin des bâtiments en ruine, de crainte d’une réplique consécutive au séisme.

«Certains villages sont détruits à presque 100%»

«Nos ressources humaines sont limitées. Il faut des auxiliaires médicaux dans les abris de fortune et d'autres doivent être mobiles», a déclaré le gouverneur de la province des Petites îles de la Sonde occidentale (West Nusa Tenggara), Muhammad Zainul Majdi. Il a également déploré le manque de nourriture, de médicaments et de personnel médical.

«Certains villages que nous avons visités sont détruits à presque 100%, toutes les maisons se sont effondrées, les routes sont fissurées et les ponts se sont écroulés», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Croix rouge indonésienne, Arifin Muhammad Hadi.

De nombreux abris de fortune ont été érigés, notamment à côté de routes, ou dans des rizières, de nombreux agriculteurs refusant d’abandonner leurs terres. «C'est une situation typique de victimes de tremblement de terre en Indonésie. Ils veulent rester près de leur source de revenus car ils ne peuvent pas venir dans des abris de fortune avec leur cheptel», a expliqué M. Hadi.

L’évacuation des touristes, en grande majorité étrangers, est en revanche terminée, selon les déclarations des autorités.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles