Arabie Saoudite : plus de 2 millions de musulmans entament leur pèlerinage à La Mecque

Des pèlerins musulmans marchent dans une rue de la ville sainte de la Mecque en Arabie saoudite avant le début du hajj annuel, le 18 août 2017 [AHMAD AL-RUBAYE / AFP] Des pèlerins musulmans marchent dans une rue de la ville sainte de la Mecque en Arabie saoudite avant le début du hajj annuel, le 18 août 2017 [AHMAD AL-RUBAYE / AFP]

Plus de deux millions de fidèles ont entamé dimanche sous une chaleur accablante le grand pèlerinage à la Mecque, premier lieu saint de l'islam en Arabie saoudite, l'un des plus grands rassemblements religieux annuels du monde.

Cet évènement religieux représente un défi logistique pour les autorités qui se sont toutefois déclarées prêtes à assurer son bon déroulement jusqu'à vendredi.

Le hajj est l'un des cinq piliers de l'islam, que tout musulman est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s'il en a les moyens.

C'est «le rêve de tout musulman de venir ici», c'est «l'ultime voyage», a déclaré à l'AFP Soliman Ben Mohri, commerçant de 53 ans originaire de Boulogne-sur-Mer, en France. «Nous sommes émus», a-t-il ajouté.

Les pèlerins viennent à la Mecque, dans l'ouest du royaume, des quatre coins de la planète, mais les plus gros contingents sont d'Egypte, d'Inde, du Pakistan, du Bangladesh et du Soudan, ont précisé les autorités.

Le pèlerinage se termine par l'Aïd al-Adha, une fête de trois jours suivie par le rituel de la «lapidation de Satan».

Au fil des ans, le hajj a pris une dimension de plus en plus high-tech avec une multiplication d'applications mobiles pour aider les fidèles à comprendre les instructions, à trouver leur chemin ou obtenir des soins médicaux d'urgence auprès du Croissant-Rouge saoudien.

Un pèlerinage sous surveillance

Le pèlerinage de 2015 avait été endeuillé par une gigantesque bousculade qui avait fait quelque 2.300 morts, dont des centaines d'Iraniens.

Celui de 2018 se déroule alors que l'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, est en pleine transformation avec des réformes en profondeur concernant notamment les femmes qui sont désormais autorisées à conduire.

Les autorités font preuve dans le même temps d'une grande fermeté face à toute voie dissidente. La religion conserve une place centrale dans la société.

À suivre aussi

Religion En 1989, les «foulards de Creil», première polémique sur le voile islamique
Port du voile : et dans les entreprises privées, que dit la loi ?
Religion Que dit la loi sur la pratique religieuse dans une entreprise privée ?
tribune «Jusqu'où laisserons-nous passer la haine des musulmans ?» : des personnalités en appellent à Emmanuel Macron

Ailleurs sur le web

Derniers articles