Elle perd son stage à la Nasa après avoir tenu des propos vulgaires sur Twitter

La jeune femme n'aurait pas du utiliser un langage fleuri sur Twitter. [AFP/NASA]

Une langue bien trop pendue et le prestigieux stage est perdu. Telle pourrait être la morale de l'histoire arrivée à Naomi H, qui, après avoir décroché un stage à la NASA, l'a finalement perdu à la suite de propos extrêmement vulgaires tenus à l'encontre d'un ancien ingénieur de l'agence spatiale américaine.

Tout est en effet parti d'un message posté à la mi-août sur Twitter, dans lequel Naomi, dans un langage fleuri, faisait part de sa joie d'avoir obtenu son stage

«Que tout le monde ferme sa put... de gu... ! j'ai décroché mon stage à la NASA», s'exclamait ainsi la jeune femme, dans son post qui, s'il a été depuis supprimé, circule encore largement sur les réseaux sociaux sous forme de capture d'écran.

Homer Hickam, ancien ingénieur de la NASA qui a inspiré le film «October Sky» sorti en 1999, lui recommande alors de modérer son «langage».

Une remarque qui n'a pas du tout été du goût de Naomi puisqu'elle prend même le parti d'en remettre une couche en invitant l'honorable scientifique à lui  «Sucer la bi... et les cou... car, dit-elle, elle travaille (déjà) à la NASA».

Loin d'entrer dans son jeu, l'ingénieur lui fait alors simplement remarquer que, lui, est membre du Conseil national de l'espace, soit «l'organisme public qui supervise la NASA», faisant référence ainsi à sa nomination à ce poste intervenue plus tôt dans l'année.

L'ingénieur n'y serait pour rien dans la perte du stage

D'après le magazine américain Newsweek, Hickam aurait ensuite indiqué, dans un message posté sur son blog mercredi 21 août, avoir appris que Naomi avait perdu son stage avec la Nasa. Le message d'Hickam, précise USA Today, semble avoir toutefois été supprimé depuis lui aussi, bien qu'il soit toujours archivé dans Google.

Quoi qu'il en soit, selon USA Today, l'ingénieur précisait dans sa missive qu'il ne s'offusquait pas du fait que le mot «Fuck» ait été employé par la jeune femme, mais qu'il avait simplement cherché à avertir Naomi que la NASA pourrait l'être.

Hickam, indique-t-il encore, n'a pas cherché à torpiller le stage et n’avait de toute façon aucun moyen de le faire, assure-t-il. Selon lui, c'est l’utilisation du hashtag de la NASA qui ont alerté l’agence sur les tweets irrévérencieux.

Naomi et Hickam se seraient même ensuite adressés plusieurs messages, la première se confondant en excuses, le second pour lui dire qu'il était désolé pour elle.

Hickam, toujours d'après le message qu'il a lui-même posté sur son blog et cité par USA Today, aurait même indiqué qu'il faisait désormais «tout ce qu'il peut» pour assurer à la jeune femme une position dans l'industrie aérospatiale.

Impossible toutefois d'en savoir plus, l'ingénieur refusant désormais de s'exprimer sur toute cette histoire. Et quant au compte de Naomi, il a tout bonnement disparu de Twitter.

Tout porte à croire que c'est elle-même qui l'a volontairement fermé, l'un de ses derniers messages indiquant en effet qu'il lui fallait «faire une pause sur Twitter pendant un moment.»

La NASA, elle, s'est refusé à tout commentaire.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles