Renzo Piano, l'architecte du centre Pompidou, veut offrir un nouveau pont à Gênes

Nommé sénateur à vie de la République italienne en 2013, Renzo Piano souhaite offrir un cadeau symbolique à la ville où il est né. [LOUISA GOULIAMAKI / AFP]

On lui doit le Centre Georges-Pompidou, le gratte-ciel londonien the Shard, ou plus récemment le nouveau tribunal de grande instance à Paris. Le dernier projet de Renzo Piano ? Un nouveau pont à Gênes.

Et le célèbre architecte italien, né à Gênes précisément, s'engage à l'imaginer gratuitement, en lieu et place du pont Morandi, dont l'effondrement mi-août avait fait 43 victimes.

«Renzo Piano a volontairement proposé, en tant que Gênois talentueux, d'offrir ce projet de nouveau pont comme cadeau à la ville», s'est réjoui le gouverneur de Ligurie, Giovanni Toti, ce mardi 28 août, à l'issue d'une rencontre avec le célèbre architecte. 

Et d'enchérir : «Nous avons accepté avec joie cette aide et il a déjà fait quelques propositions».

Un devoir moral

Cet enthousiasme est d'abord celui de l'architecte lui-même, qui a confié ne plus pouvoir penser à autre chose qu'à ce pont, depuis quelques jours.

Pour Renzo Piano, construire ce nouvel édifice constitue un devoir moral. «Il est de mon devoir de répondre d'une manière ou d'une autre à un tel désastre», a-t-il confié au quotidien britannique the Guardian.

Ce nouveau pont devra «être un endroit où les gens pourront reconnaître la tragédie d'une manière ou d'une autre, tout en offrant une excellente entrée dans la ville», a-t-il ajouté.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles