Hospitalisation à Berlin d'un militant «empoisonné» des Pussy Riot

Piotr Verzilov, membre des Pussy Riot hospitalisé en Allemagne, lors d'une audience judiciaire à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football [Vasily MAXIMOV  / AFP/Archives] Piotr Verzilov, membre des Pussy Riot hospitalisé en Allemagne, lors d'une audience judiciaire à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football [Vasily MAXIMOV / AFP/Archives]

Un membre en vue du groupe contestataire russe Pussy Riot a été hospitalisé dimanche en Allemagne par sa famille, qui dénonce une tentative d'assassinat par empoisonnement pour le punir d'avoir envahi la pelouse pendant la finale de la Coupe du monde de football en Russie.

Son transfert en Allemagne survient en pleine polémique entre Londres et Moscou au sujet d'un autre empoisonnement présumé, celui de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille en mars dernier en Grande-Bretagne.

Le militant de Pussy Riot, Piotr Verzilov, 30 ans, qui a également la nationalité canadienne, est arrivé à Berlin à bord d'un avion médicalisé dans la nuit de samedi à dimanche, accompagné de membres de sa famille et en provenance d'un hôpital de Moscou. Il y avait été admis mardi dans un état qualifié de «grave».

«Il était important pour la famille qu'il soit hospitalisé le plus vite possible hors de Russie», a dit au quotidien allemand Bild le responsable de l'ONG allemande de défense des droits de l'homme Cinema for Peace, qui soutient depuis des années le mouvement Pussy Riot et a organisé le transfert par avion, Jaka Bizilj.

Tentative d'assassinat 

Pour l'épouse de Piotr Verzilov, dont il vit séparé, le doute n'est guère permis.

«Je pars du principe qu'il a été victime soit d'un acte d'intimidation, soit même d'une tentative d'assassinat» par empoisonnement, a déclaré à Bild Nadeja Tolokonnikova, à son arrivée samedi soir avec lui à Berlin.

Dans un communiqué, l'ONG Cinema for Peace a parlé d'un «acte de vengeance» contre Piotr Verzilov pour le punir d'«être apparu au cours de la finale de la Coupe du monde afin de défendre les droits de l'Homme en Russie».

Le militant s'était fait connaître en faisant irruption, avec trois autres personnes du groupe, sur le terrain en juillet. Ils portaient des uniformes de la police. Tous avaient été condamnés à 15 jours de détention.

Piotr Verzilov est tombé malade à Moscou juste après avoir assisté à une audience judiciaire concernant l'arrestation récente de deux sympathisantes de Pussy Riot.

Il a été un temps dans le coma et a perdu provisoirement la vue et l'usage de la parole. A Moscou, il a été pris en charge dans un département toxicologique de l'hôpital.

Il a entretemps repris connaissance mais souffre toujours d'hallucinations et de délires, selon son entourage. Selon le responsable de l'ONG Cinema for Peace, ses jours ne sont toutefois «plus en danger».

Veronika Nikoulchina, membre du groupe contestataire russe Pussy Riot, lors d'une audience judiciaire à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football [Vasily MAXIMOV  / AFP/Archives]
 
Veronika Nikoulchina, membre du groupe contestataire russe Pussy Riot, lors d'une audience judiciaire à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football

L'ONG a diffusé sur les réseaux sociaux des images de son arrivée à Berlin, où on le voit transporté sur un brancard par les services de secours allemands.

Skripal 

Il a été ensuite emmené dans un service du grand hôpital de la Charité à Berlin. Le ministère allemand des Affaires étrangères a été en contact avec l'entourage du militant dans ce dossier.

Pussy Riot est à l'origine un groupe punk, devenu un mouvement contestataire et féministe en Russie, dénonçant les abus de pouvoir et la corruption notamment. Plusieurs de ses membres ont été condamnés dans le passé par la justice de ce pays.

Piotr Verzilov est aussi le fondateur du site internet MediaZona, qui informe sur les procès des défenseurs des droits de l'homme.

Piotr Verzilov du groupe contestataire russe Pussy Riot lors d'une audience judiciaire, à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football [Vasily MAXIMOV  / AFP/Archives]
 
Piotr Verzilov du groupe contestataire russe Pussy Riot lors d'une audience judiciaire, à Moscou le 23 juillet 2018, après 15 jours de détention suite à une intrusion sur le terrain durant la finale de la Coupe du Monde de football

Son hospitalisation intervient alors que l'affaire Skripal envenime à nouveau les relations entre les Occidentaux et Moscou.

Le gouvernement britannique accuse deux personnes qu'il présente comme des agents du renseignement militaire russe (GRU), Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov, d'avoir empoisonné en mars Sergueï Skripal et sa fille à Salisbury en Angleterre.

Ces accusations sont rejetées par Moscou et les deux intéressés se sont présentés comme de simples touristes présents par hasard à Salisbury le jour de l'empoisonnement.

En février 2017, l'opposant Vladimir Kara-Mourza, qui coordonnait les activités en Russie du mouvement Open Russia, était tombé dans le coma après avoir été intoxiqué par une «substance inconnue», selon son avocat. Les médecins avaient trouvé dans son sang les traces d'une intoxication aux métaux lourds.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles