Les 10 événements de 2018

Le prince Harry et l'actrice américaine Meghan Markle se marieront en mai à Windsor. Le prince Harry et l'actrice américaine Meghan Markle se marieront en mai à Windsor.[Andy Stenning / POOL / AFP]

Sport, politique, société... L'année 2018 qui commence s'annonce riche d'événements marquants.

Bien sûr, les plus importants sont souvent les plus inattendus, mais de la présidentielle en Russie à la Coupe du monde de foot (toujours en Russie), en passant par le mariage du prince Harry, il est possible d'en anticiper quelques-un.

Les JO d'hiver de Pyeongchang (février)

Organisés par la Corée du Sud dans la petite ville de montagne de Pyeongchang, à quelques kilomètres de la frontière avec le Nord, les XXIIIIe Jeux olympiques d'hiver pourraient bien rester dans l'histoire. Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a en effet évoqué une possible participation de son pays à la compétition. L'éventualité n'a pas encore été confirmée, mais elle a été accueillie favorablement à Séoul par le président Moon Jae-in, favorable au dialogue.

Toutefois, l'initiative ne ferait pas que des heureux : un sénateur américain a d'ores et déjà menacé les JO d'un boycott des États-Unis si la Corée du Nord y participait. On assisterait alors à des jeux sans Américains ni Russes, la Russie ayant été suspendue en tant que nation participante à la suite de révélations sur le dopage d'État pratiqué par Moscou. 

Les élections générales en Italie (mars)

Les Italiens sont appelés aux urnes le 4 mars afin de renouveler leur Parlement, pour la première fois depuis 2013. Un scrutin à l'issue particulièrement incertaine, les intentions de votes étant éparpillées entre trois pôles peu disposés à former une coalition : la droite, le centre-gauche, et les populistes de gauche du Mouvement 5 étoiles. 

Ces élections pourraient également signer le retour de deux anciens Présidents du conseil: Matteo Renzi, qui avait démissionné après l'échec de son référendum constitutionnel en 2016, mais aussi Silvio Berlusconi, qui a refondé son parti Forza Italia. 

L'élection présidentielle en Russie (mars)

Contrairement aux élections italiennes, la présidentielle russe, en mars, laisse peu de place au suspens. Vladimir Poutine, qui se présente à un quatrième mandat, dispose de 75% des intentions de vote et devrait être réélu dès le premier tour. 

Son principal opposant, Alexeï Navalny, ne pourra pas se présenter, en raison de condamnations judiciaires dont il fait l'objet. Le président sortant aura donc face à lui, en plus des traditionnels candidats communiste et nationaliste, la journaliste vedette Ksenia Sobtchak. 

La fin de l'ère Castro à Cuba (avril)

Cuba tournera en avril la page de soixante ans de castrisme, avec le départ de Raul Castro, qui avait succédé en 2008 à son frère Fidel. Le dirigeant de 86 ans a en effet annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat lors de l'élection du prochain Conseil d'Etat, au printemps. 

Le vice-président actuel, Miguel Diaz Canel, est pressenti pour lui succéder. Cet ingénieur de 57 ans, né après la révolution, devra s'imposer en tant que leader politique et chef des armées face aux cadres du parti communiste et aux puissants généraux cubains. 

Le mariage d'Harry et Meghan (mai)

Le prince Harry, qui fut longtemps le célibataire le plus convoité de la famille royale britannique va convoler en justes noces le 19 mai avec l'actrice américaine Meghan Markle. Leur union sera célébrée à la chapelle Saint-Georges, à Windsor. 

Sept ans après le mariage du prince William et de Kate Middleton, qui attendent leur troisième enfant, les festivités devraient être très suivies outre-Manche et dans le monde entier, le jeune couple étant déjà extrêmement populaire. 

Le cinquantenaire de Mai 68

Cette année 2018 marque les cinquante ans de mai 68, qui a vu des centaines de milliers de personnes, étudiants et travailleurs, descendre manifester dans la France entière. Un événement à l'héritage controversé, dont la commémoration nationale n'a pas été confirmée.

Toutefois, Emmanuel Macron, premier président depuis les événements à ne pas les avoir vécus (il est né en 1977), a laissé entendre qu'il ne comptait pas ignorer cet anniversaire. Daniel Cohn-Bendit, figure de mai 68 qui a soutenu le président durant sa campagne, aurait été associé à la réflexion. 

Les Saoudiennes au volant (juin)

Le roi d'Arabie Saoudite avait créé l'événément, en septembre dernier, en adoptant un décret autorisant les femmes à conduire, alors que la monarchie wahabbite était l'unique pays au monde à le leur interdire. Cette décision entrera en vigueur en juin. 

Cela représentera une véritable révolution du quotidien pour les femmes, mais également une importante source d'économie : le pays emploie en effet quelque 400.000 chauffeurs pour permettre aux Saoudiennes de se déplacer. 

La coupe du monde de foot (juin)

A peine remise de la présidentielle, la Russie accueillera de mi-juin à mi-juillet son deuxième grand événement de l'année : la Coupe du monde de football. Le match d'ouverture (Russie-Arabie saoudite) aura lieu le 14 juin, tandis que la France disputera son premier match, contre l'Australie, le 16. 

Cette 21e édition sera marquée par le retour de plusieurs pays qui n'avaient pas réussi à se qualifier lors des compétitions précédentes, comme le Sénégal ou le Maroc, mais aussi par l'absence de grandes nations du football, comme les Pays-Bas ou l'Italie. 

Le premier bilan de Trump (décembre)

Deux ans après son élection, le président américain Donald Trump verra son action validée, ou au contraire sanctionnée, par les élections de mi-mandat, qui se tiendront mi-novembre. Les électeurs renouvelleront à cette occasion la Chambre des députés et un tiers du Sénat. 

Actuellement, les Républicains détiennent la majorité dans les deux chambres du Congrès américain. Mais à en croire les premières études, cette situation risque de changer, les sondages nationaux montrant un avantage de 10 points pour les démocrates. 

La COP24 (décembre)

L'année 2018 sera clôturée par la 24e Conférence des parties sur le climat, qui se tiendra à Katowice, en Pologne. Il s'agit d'un rendez-vous particulièrement important pour la mise en œuvre de l'accord de Paris, avec un premier bilan d'étape des engagements climatiques nationaux. 

Pour l'heure, ceux-ci sont notoirement insuffisants pour atteindre les objectifs fixés à l'issue de la COP21. Après deux COP plus techniques sous les présidences marocaines et fidji, cette COP24 sera l'occasion de reprendre les négociations politiques, afin de parvenir à adopter des engagements à la hauteur.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles