Amal Clooney appelle Aung San Suu Kyi à gracier les journalistes de Reuters

L'avocate libano-britannique, spécialiste des Droits de l'Homme, est chargée de la défense des deux reporters depuis le mois de mars dernier[Angela Weiss / AFP]

Vendredi 28 septembre, au cours d'un débat sur la liberté de la presse en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, l'avocate Amal Clooney a demandé à la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi de gracier deux journalistes de l'agence Reuters, emprisonnés pour avoir enquêté sur des assassinats de la minorité rohingya. 

L'avocate libano-britannique, spécialiste des Droits de l'Homme, est chargée de la défense des deux reporters depuis le mois de mars dernier. Wa Lone, 32 ans, et Kyan Soe Oo, 28 ans, ont tous deux été accusés d'«atteinte au secret d'État». Ils ont été condamnés à sept ans de prison le 3 septembre, mais sont emprisonnés depuis décembre 2017. 

«Le gouvernement peut, s'il le souhaite, mettre fin à tout cela dès aujourd'hui», a déclaré Amal Clooney. «C'est elle [Aung San Suu Kyi] qui a la clé, la clé de leur liberté [...] la clé d'une Birmanie plus démocratique et prospère».

«L'histoire la jugera à sa réponse»

«Elle sait mieux que personne ce que c'est que d'être un prisonnier politique en Birmanie. Elle a dormi dans la prison où Wa Lone et Kyaw Soe Oo dorment en ce moment. Elle sait que des assassinats en série ne sont pas des secrets d'État et que les révéler ne transforme pas des journalistes en espions», a-t-elle ajouté, avant de conclure : «L'Histoire la jugera à sa réponse». 

Elle a précisé qu'elle considérait la lauréate du Prix Nobel de la paix, qui a étudié à l'université d'Oxford comme elle, comme «un héros». 

Autrefois une icône de la lutte pour les droits de l'Homme, Aung San Suu Kyi est désormais largement critiquée sur la scène internationale, notamment pour son refus de condamner les atrocités commises par l'armée contre les Rohingyas. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles