Séisme et tsunami en Indonésie : le bilan monte à 844 morts

Le bilan du tremblement de terre suivi d'un tsunami qui a frappé l'île indonésienne des Célèbes est monté à 832 morts dimanche, selon l'agence de gestion des catastrophes, qui précise qu'il pourrait encore s'alourdir. Trois Français, présents au moment du séisme, sont recherchés.

«A 13H00 aujourd'hui (heure locale, NDLR), il y a 832 morts» essentiellement dans la ville de Palu, a annoncé Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes au cours d'un point presse.

Les informations filtrent petit à petit de la zone frappée par un séisme de magnitude 7,5 puis par un tsunami vendredi.

Soixante et onze étrangers, dont trois Français dont on est sans nouvelles, se trouvaient dans la ville indonésienne de Palu sur l'île des Célèbes au moment où elle a été frappée par un séisme suivi d'un tsunami, a indiqué l'agence de gestion des catastrophes. Les autres ressortissants étrangers ont été retrouvés ou évacués, dont un Allemand, un Belge, un Singapourien, 10 Vietnamiens, 32 Thaïlandais, et 21 Chinois, a indiqué le responsable.

Contactée par l'AFP, l'ambassade de France n'a pas souhaité faire de commentaires. «Nous procédons à des vérifications», a indiqué un porte-parole.

Le président indonésien Joko Widodo, aussi appelé «Jokowi», est arrivé dimanche à Palu, ville de l'ouest des Célèbes en Indonésie dévastée par un séisme suivi d'un tsunami, pour observer le déploiement militaire destiné à porter assistance à la population.

Des indonésiens récupèrent des affaires après un séisme et un tsunami à Palu, dans l'île des Célèbes, le 29 septembre 2018 [MUHAMMAD RIFKI / AFP]
Des indonésiens récupèrent des affaires après un séisme et un tsunami à Palu, dans l'île des Célèbes, le 29 septembre 2018 [MUHAMMAD RIFKI / AFP]

La plupart des victimes ont été recensées jusqu'à présent à Palu, une agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest des Célèbes. Les autorités et les ONG s'inquiètent néanmoins de la situation dans la région de Donggala plus au nord, qui reste très incertaine.

Les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l'afflux de victimes. Et de nombreux blessés sont soignés en plein air.

Le président indonésien Jusuf Kalla a dit craindre que le bilan n'atteigne «un ou plusieurs milliers», se basant sur les précédentes catastrophes.

Survivants extraits des décombres

Des équipes de sauveteurs en combinaison orange étaient en train de fouiller les décombres d'un hôtel, qui pouvait héberger jusqu'à 150 personnes, et d'un centre commercial qui se sont effondrés.

«Nous avons réussi à extraire une femme vivante de l'hôtel Roa-Roa la nuit dernière», a indiqué à l'AFP Muhammad Syaugi, chef des services de secours. «Et nous avons même entendu des gens qui criaient à l'aide.»

Des indonésiens sur une plage de Palu, dans l'île des Célèbes, après un séisme et le passage d'un tsunami, le 29 septembre 2018 [Bay ISMOYO / AFP]
Des indonésiens sur une plage de Palu, dans l'île des Célèbes, après un séisme et le passage d'un tsunami, le 29 septembre 2018 [Bay ISMOYO / AFP]

L'agence est aussi préoccupée par le sort de plusieurs centaines de personnes qui travaillaient à la préparation d'un festival sur une plage de Palu vendredi soir peu avant le tsunami.

Le président indonésien Joko Widodo, attendu sur place, a indiqué que l'armée était en cours de déploiement pour aider aux recherches de survivants. Des avions chargés de matériel et de nourriture ont pu atterrir à l'aéroport de Palu, dont plusieurs pistes sont inutilisables.

A Palu on pouvait voir des carcasses de véhicules, des bâtiments réduits à des amas de débris, des arbres déracinés et des lignes électriques abattues, témoignant de la violence des secousses ressenties à des centaines de kilomètres de là, et de la vague de 1,5 mètre qui s'est abattue sur la côte.

Trouver des vivres et un abri

Effrayés par les répliques de tremblement de terre, de nombreux habitants de Palu ont dormi dans des abris de fortune en bambou ou sur des terrains de football.

Une femme blessée allongée dans un hôpital de fortune, le 29 septembre 2018 après le séisme qui a dévasté l'île indonésienne des Célèbes. [MUHAMMAD RIFKI / AFP]
Une femme blessée allongée dans un hôpital de fortune, le 29 septembre 2018 après le séisme qui a dévasté l'île indonésienne des Célèbes. [MUHAMMAD RIFKI / AFP]

La population locale était confrontée aux impératifs de base de la survie : trouver des vivres et un abri.

Beaucoup patientaient dans de longues files d'attente pour obtenir de l'eau potable ou des nouilles instantanées.

D'une magnitude de 7,5, selon l'institut géologique américain (USGS), le séisme qui a frappé les Célèbes juste avant 11H00 GMT vendredi a été plus puisant que la série de tremblements de terre qu'a connus l'Indonésie en août et qui avaient fait plus de 500 morts et environ 1.500 blessés sur l'île de Lombok, voisine de Bali. Un raz-de-marée s'est déclenché peu après sur la côte proche de Palu.

L'Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

Les décombres d'une maison à Palu, dans l'île des Célèbes, après un séisme et le passage d'un tsunami, le 29 septembre 2018 [Bay ISMOYO / AFP]
Les décombres d'une maison à Palu, dans l'île des Célèbes, après un séisme et le passage d'un tsunami, le 29 septembre 2018 [Bay ISMOYO / AFP]

Le 26 décembre 2004, elle avait été frappée par une série de tremblements de terre dévastateurs, dont l'un de magnitude 9,1 sur l'île de Sumatra. Un tsunami avait alors provoqué la mort de 220.000 personnes dans la région, dont 168.000 rien qu'en Indonésie.

En 2006, près de 6.000 personnes avaient péri dans un séisme de magnitude 6,3 (d'après l'USGS) sur l'île de Java.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles