Le Sénat américain confirme le juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême

Malgré des accusations d'agression sexuelle à l'encontre du juge conservateur Brett Kavanaugh, le Sénat américain a approuvé samedi sa nomination à la Cour suprême. Un revers pour les démocrates et les défenseurs des droits civiques qui s'étaient mobilisés dès sa nomination en juillet pour tenter d'empêcher sa confirmation.

Le juge, soutenu par le président Donald Trump, a catégoriquement nié les accusations de Christine Blasey Ford, concernant des faits qui se seraient déroulés dans les années 1980.

Le magistrat, formé à Yale, a obtenu une courte majorité (50-48), offrant une importante victoire politique au président républicain qui devrait placer les juges progressistes en minorité pour de nombreuses années au sein de la plus haute instance judiciaire américaine, qui vérifie la constitutionnalité des lois et arbitre les conflits les plus épineux de la société américaine (droit à l'avortement, peine de mort, encadrement des armes à feu, mariage homosexuel, protection de l'environnement...). 

Le Sénat, chargé de donner le feu vert pour les nominations à vie au sein du temple du droit américain, a suivi les lignes partisanes --les républicains votant pour et les démocrates contre-- à l'exception d'un élu démocrate. La républicaine Lisa Murkowski, qui avait annoncé qu'elle voterait non, s'est finalement abstenue.

«J'applaudis et je félicite le Sénat pour la confirmation de notre formidable candidat», a tweeté celui qui occupe la Maison Blanche, après avoir défendu bec et ongles Brett Kavanaugh. Il a ajouté qu'il signerait «plus tard aujourd'hui l'acte de nomination et il prêtera serment officiellement. Très palpitant !».

Les accusations qui pèsent sur le juge Kavanaugh ont accentué les clivages au sein de la société américaine et des milliers de personnes ont protesté dans le pays contre lui. Samedi matin, un groupe de manifestants, en majorité des femmes, a brièvement occupé les escaliers du Capitole à Washington pour tenter une ultime fois de faire pression sur les élus, scandant notamment «Honte» et «Novembre arrive».

Fervent défenseur des valeurs conservatrices

Au Sénat, le vote a été plusieurs fois interrompu par des cris de protestation.

L'arrivée de ce fervent défenseur des valeurs conservatrices place à la Cour suprême les juges progressistes --quatre sur neuf-- en minorité pour potentiellement de nombreuses années.

Après l'accusation de tentative de viol remontant à une soirée entre lycéens en 1982, portée mi-septembre, par Christine Blasey Ford, les révélations sur sa jeunesse tumultueuse et ses excès se sont multipliées. Un véritable coup de tonnerre dans un pays sensibilisé à la question des violences sexuelles depuis le lancement du mouvement #MeToo dans le sillage de la dénonciation du producteur Harvey Weinstein.

Lors d'une audition au Sénat suivie par vingt millions d'Américains, l'universitaire de 51 ans s'est dite sûre «à 100%» d'avoir été agressée par Brett Kavanaugh alors qu'elle n'avait que 15 ans et lui 17. Des accusations qu'il a nié devant les sénateurs.

Vous aimerez aussi

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo lundi à Washington [ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP]
Diplomatie Washington sanctionnera tout pays qui continue à acheter du pétrole iranien
De nombreux candidats sont déjà entrés dans la course à la présidence.
Etats-Unis Election présidentielle américaine 2020 : qui sont les candidats ?
Will Beck, un des rescapés du massacre, plaçant des fleurs sur le mémorial érigé pour les 20 ans de Columbine [Jason Connolly / AFP]
Etats-Unis Vingt ans après, le lycée Columbine commémore la tuerie

Ailleurs sur le web

Derniers articles