Pourquoi le prix de l'essence pourrait (encore) augmenter

Le prince Mohamed Ben Salmane est au coeur de la crise diplomatique qui secoue le royaume saoudien. [BANDAR AL-JALOUD / SAUDI ROYAL PALACE / AFP]

L'inquiétude grandit autour du prix des carburants. Les menaces de crise diplomatique majeure entre l'Arabie Saoudite et ses partenaires, en particulier les Etats-Unis, font craindre des mesures de rétorsion de la part du royaume wahabbite, qui pourraient faire exploser les prix à la pompe. 

La disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi suscite depuis plusieurs jours de vives tensions, le royaume étant soupçonné d'avoir joué un rôle dans l'enlèvement de ce dissident très critique envers la monarchie, et qui collaborait notamment avec le Washington Post. 

Avant de disparaître, Jamal Khashoggi avait fait part de son inquiétude, redoutant d'être arrêté pour avoir critiqué certaines décisions du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane.

L'affaire a considérablement refroidi les relations entre le royaume saoudien et se partenaires. Samedi, Donald Trump a ainsi déclaré qu'il y aurait des «punitions sévères» envers l'Arabie Saoudite s'il s'avérait que Khashoggi avait été tué dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul, où le journaliste s'était rendu juste avant de disparaître, comme l'a indiqué sa compagne et comme en attestent des vidéos prises par des caméras de surveillance.

Dimanche, l'Arabie Saoudite a répliqué aux menaces de la Maison Blanche en indiquant qu'elle répliquerait à toute sanction prise par un autre pays envers elle. 

Une restriction des exportations de pétrole ? 

Cette réplique pourrait ainsi prendre la forme d'une restriction des exportations de pétrole. «Cela inciterait l'Arabie Saoudite à ne pas honorer son engagement à produire 7,5 millions de barils. Si le fait que le prix du baril atteint 80 dollars énerve Donald Trump, personne ne devrait exclure que le prix atteigne 100 dollars, ou 200 dollars», a ainsi écrit le manager général de la chaîne saoudienne Al Arabiya, Turki Aldakhil, dans un édito.

Alors que les prix des carburants à la pompe sont déja au plus haut, le prix du baril de pétrole étant au plus haut depuis quatre ans en raison notamment des sanctions amércaines contre l'Iran (5% de la production mondiale), une nouvelle hausse pourrait s'avérer problématique pour les consommateurs. D'autant que c'est justement la hausse de la production saoudienne qui a permis de limliter la flambée des prix ces dernières semaines. 

À suivre aussi

Économie La dette mondiale devrait dépasser 250.000 milliards de dollars d'ici à la fin de l'année
Objets connectés 5 astuces high-tech pour faire des économies d'eau et d'électricité
Parmi les atouts de la Française des jeux figure son monopole sur les loteries, qui lui permet de bénéficier d'un marché captif.
Privatisation Faut-il acheter des actions de la Française des jeux ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles