Il simule sa mort pour toucher l'assurance, sa femme tue ses enfants et se suicide

L'homme a dit s'être endetté pour payer le traitement de sa fille. [Philip FONG / AFP]

L'arnaque a tourné au drame. Un Chinois de 34 ans a involontairement poussé sa femme à se suicider après avoir tué leurs deux enfants après avoir simulé sa mort pour toucher l'assurance. 

Début septembre, Mr He avait souscrit à une assurance vie d'une valeur de près de 125 000 euros, dont sa femme était la bénéficiaire. Le 19 septembre, il avait emprunté une voiture avant de simuler un accident de la route. Son plan avait semblé fonctionner, les autorités l'ayant déclaré mort après avoir retrouvé la voiture dans une rivière, malgré le fait que son corps n'ait pas été localisé.

Mais, afin de ne prendre aucun risque, Mr He n'avait pas pris soin de mettre son épouse, âgée de 31 ans, dans la confidence. Et cette dernière n'aurait pas supporté d'avoir perdu son mari. Le 11 octobre, le corps de la jeune femme, ainsi que ceux de leur fils de 4 ans et de leur fille de 3 ans étaient découverts dans un étang situé non loin du domicile familial.

Il avait emprunté de l'argent

L'épouse avait laissé une note sur WeChat pour expliquer son suicide, expliquant qu'elle allait «accompagner» son mari, et que tout ce qu'elle voulait était que «leur famille de quatre soit réunie.»

Le lendemain, Mr He s'est rendu à la police. Dans une vidéo mise en ligne, on a pu l'apercevoir en pleurs, expliquant qu'il avait du emprunter de l'argent (environ 12 000 euros) pour payer le traitement de sa fille, qui souffrait d'épilepsie. Ce qui l'aurait poussé à monter l'arnaque pour pouvoir rembourser ce prêt. 

L'histoire a suscité une vive émotion en Chine, alimentant un débat sur les pressions financière et les obstacles que rencontraient beaucoup de Chinois.

À suivre aussi

Chine : le plus grand espace de panneaux solaires au monde
Écologie Chine : le plus grand espace de panneaux solaires au monde
Des milliers de manifestants marchent dans l'artère principale du quartier de Mong Kok, le 20 octobre 2019 à Hong Kong [Philip FONG / AFP]
Manifestation Hong Kong : la foule défie la police après l'agression de deux militants
Basket La télévision d’Etat chinoise prédit un «châtiment» pour le patron de la NBA

Ailleurs sur le web

Derniers articles