Japon : effrayé par les touristes, l'employé d'un parc ne les a pas fait payer pendant deux ans

Des personnes sous des cerisiers en fleurs à Tokyo Le ministère de l'Environnement japonais, qui gère le parc Shinjuku Gyoen de Tokyo, a déclaré cette semaine que l'employé lui avait fait perdre 25 millions de yens, soit 200 000 euros.[TORU YAMANAKA / AFP]

Un employé du parc Shinjuku Gyoen de Tokyo a laissé les visiteurs étrangers entrer sans payer durant deux ans et demi, de peur de ne pas réussir à se faire comprendre, rapporte la chaîne de télévision publique japonaise NHK. Le manque à gagner s'élève à 25 millions de yens, soit 200 000 euros.

«Je ne parle pas d'autre langue que le japonais et j'ai eu peur une fois lorsqu'un étranger a commencé à me crier dessus.» C'est comme cela que cet employé, âgé de 73 ans, a justifié son erreur auprès des fonctionnaires du ministère de l'Environnement, qui gère le jardin, selon le site d'informations japonais SoraNews24.

Le Shinjuku Gyoen, un parc de 58 hectares situé en plein coeur de Tokyo, est l'une des attractions touristiques les plus prisées de la capitale japonaise. Les visiteurs étrangers s'y rendent notamment en masse au printemps pour admirer les 1 500 cerisiers en fleurs.

160 000 personnes sont entrées sans payer

Mais cette beauté a un prix : 200 yens (1,56 €) pour les adultes et 50 yens (0,40 €) pour les enfants. L'employé a avoué avoir arrêté de faire payer les touristes en avril 2014. Pour éviter qu'il y ait un écart entre les recettes enregistrées et effectives, le septuagénaire, qui travaillait dans le parc à temps partiel, avait mis en place un stratagème. Il distribuait les tickets aux visiteurs, puis demandait à un employé qui avait accès à la base de données du jardin d'annuler les ventes, explique le journal japonais Sankei Shimbun.

Mais ce petit manège a pris fin en décembre 2016, lorsqu'un autre employé a remarqué que le vieil homme se comportait étrangement lorsqu'il donnait un billet à un visiteur étranger, et a alerté sa hiérarchie. Selon les estimations, 160 000 touristes ont pu entrer gratuitement dans le jardin, en l'espace de deux ans et demi.

Selon le journal Sankei Shimbun, 10 % du salaire de l'employé de 73 ans ont été déduits. Il a demandé à prendre sa retraite et proposé de rembourser le parc avec la moitié de son indemnité de départ, soit environ 300 000 yens (2 340 €). Selon France 2, 10 % des salariés japonais ont dépassé l'âge légal de départ à la retraite, fixé à 65 ans pour ceux du privé, mais ils sont nombreux à continuer à travailler pour compléter leurs petites pensions.

Vous aimerez aussi

Quand il est finalement sorti, Carlos Ghosn n'était pas habillé comme on pouvait l'imaginer. [Behrouz MEHRI / AFP]
Japon Au diable les costumes bien taillés, Carlos Ghosn sort de prison en tenue insolite
Combo des logos de Renault SA, Nissan Motor et Mitsubishi Motors  réalisé à Tokyo le 23 novembre 2018 [Kazuhiro NOGI / AFP/Archives]
déplacement Affaire Ghosn : des représentants du gouvernement français à Tokyo
Justice JO 2020 : le président du Comité olympique japonais mis en examen à Paris pour «corruption»

Ailleurs sur le web

Derniers articles