Un chercheur russe poignarde un collègue dans une base scientifique en Antarctique

Des scientifiques en Antarctique Les deux scientifiques vivaient dans une base en Antarctique depuis six mois, coupés du monde et dans l'obscurité totale.[VANDERLEI ALMEIDA / AFP]

Un chercheur russe est accusé d'avoir poignardé l'un de ses collègues dans une station de recherches située en Antarctique. La longue cohabitation et la promiscuité en seraient les causes.

Il s'agirait du premier crime commis dans le cadre de cette expédition russe en Antarctique, continent situé autour du pôle Sud, qui existe depuis 63 ans. C'est ce qu'affirme son responsable, Alexander Klepikov, au site américain spécialisé dans la technologie Motherboard.

Selon l'agence russe Interfax, Sergey Savitsky aurait attaqué son collègue Oleg Beloguzov car il en avait assez d'être enfermé dans la base scientifique Bellingshausen, située sur l'île du Roi-George. Les deux hommes y vivaient depuis six mois, pendant l'hiver en Antarctique, coupés du reste du monde et dans l'obscurité la plus totale.

Une proposition de danse sur une table comme élément déclencheur

Selon différentes sources, les deux scientifiques russes se disputaient souvent. Et cela a définitivement dérapé le 9 octobre dernier, lorsque Beloguzov, 52 ans, aurait proposé à Savitsky, 55 ans, de danser sur une table de la cantine de la station de recherches pour de l'argent. Selon le tribunal de Saint-Pétersbourg, l'agresseur s'en est alors pris à son collègue, avec l'intention de le tuer. En état d’ébriété avancée, il l'aurait poignardé à plusieurs reprises au niveau de la poitrine.

La victime a été conduite au plus vite à l'hôpital le plus proche de la base de recherches, un établissement militaire situé au sud du Chili. Ses jours ne sont pas en danger.

10 jours de détention dans une église

Quant à l'agresseur, il se serait tout de suite rendu auprès du directeur de la station sans faire de résistance, explique Interfax. En attendant d'être transféré en Russie pour être jugé, Sergey Savitsky a été détenu dix jours dans une petite église orthodoxe, située au sommet d’une colline sur l’île du Roi-George, près de la base Bellinghausen. «Aucune des stations de l’Antarctique ne dispose de locaux d’isolement ni d'officiers de police», explique Alexander Klepikov à Motherboard, avant de poursuivre : «Savitsky a donc passé dix jours avec les prêtres de l’église avant de prendre un vol pour la Russie.»

De retour dans son pays le 20 octobre, il a été placé en résidence surveillée à Saint-Pétersbourg jusqu'au 8 décembre, et sera bientôt jugé pour tentative d'homicide.

Vous aimerez aussi

Russie Poutine promulgue deux lois contre les «fake news» et les «offenses à l'Etat»
L'explosion a été repérée par des satellites militaires.
Russie Sibérie : Une explosion de météorite 10 fois plus puissante qu'Hiroshima
Défilé pour fêter les cinq ans de l'annexion de la Crimée par la Russie à Simféropol le 15 mars 2019 [STR / AFP]
Anniversaire La Russie fête les cinq ans de l'annexion de la Crimée

Ailleurs sur le web

Derniers articles