Qui pour succéder à Angela Merkel à la tête de la CDU ?

Angela Merkel et Annegret Kramp-Karrenbauer, perçue par beaucoup comme son héritière. Angela Merkel et Annegret Kramp-Karrenbauer, perçue par beaucoup comme son héritière.[Tobias SCHWARZ / AFP]

La décision de la chancelière allemande Angela Merkel de ne pas briguer de nouveau mandat à la tête de son parti, la CDU, a ouvert une course à la succession. 

D'autant que le poste, que la dirigeante occupe depuis 18 ans, est perçu comme une rampe de lancement vers la chancellerie, et qu'elle a également décidé de quitter définitivement à la fin de la législature actuelle, dans trois ans. Pour l'heure, trois personnes se sont déclarées, et d'autres sont pressenties. L'élection aura lieu lors du congrès du parti à Hambourg, les 7 et 8 décembre. 

Annegret Kramp-Karrenbauer, l'héritière

Déjà numéro 2 du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer semble la mieux armée pour prendre la tête du parti. La populaire politicienne de 56 ans a en effet écoppé de la mission de redéfinir le programme de la CDU, un travail encore en cours. 

annegret.jpg

© Odd Andersen/ AFP

Ancienne ministre-présidente de la Sarre, Annegret Kram-Karrenbauer partage la ligne centriste d'Angela Merkel, qui l'avait choisie pour devenir secrétaire générale. La chancelière a beau avoir assuré qu'elle n'avait pas de favori, beaucoup d'Allemands voient en «AKK» son héritière naturelle, et elle pourrait bénéficier d'un vote légitimiste.

Jens Spahn, l'opposant

À 38 ans, l'actuel ministre de la Santé Jens Spahn est souvent présenté comme le «chef de l'opposition interne». Il plaide en effet pour un virage à droite de la CDU, notamment sur les questions d'immigrations. Depuis la décision d'Angela Merkel d'accueillir plus d'un million de migrants en 2015, il n'a eu de cesse de critiquer sa politique

jens_spahn_c_tobias_schwarz.jpg

© Tobias Schwarz/ AFP

Sa ligne droitière, qu'il cultive en s'affichant avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a fait entrer l'extrême-droite dans son gouvernement, est très appréciée par certains, mais divise l'ensemble du parti. Certains militants le jugent, du reste, trop jeune et pas assez expérimenté pour le poste.

Friedrich Merz, le rival

Ancienne étoile montante de la CDU, Friedrich Merz a quitté la vie politique en 2009, en raison de ses désaccords constants avec Angela Merkel. Il compte profiter du départ de la chancelière pour revenir par la grande porte. 

friedrich_merz.jpg

© Jens Büttner/ dpa/ AFP

Mais le retour dans l'arène n'aura rien d'évident pour cet homme d'affaires de 62 ans, oublié par une partie du grand public. Membre de l'aile conservatrice du parti, il se trouvera en rivalité directe avec Jens Spahn. 

Armin Laschet, l'indécis

Contrairement aux trois personnalités précédentes, le dirigeant de Rhénanie du Nord-Westphalie Armin Laschet ne s'est pas encore officiellement déclaré candidat à la présidence de la CDU, alors qu'il est l'une des figures les plus populaires du parti. 

laschet.jpg

© John Macdougall / AFP

Proche d'Angela Merkel, il partage son programme modéré et a toujours soutenu sa politique d'accueil des réfugiés, ce qui pourrait poser problème aux partisans d'un virage à droite. À 57 ans, il a préféré jouer la prudence, et a demandé du temps pour prendre sa décision. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles