Jamal Khashoggi était un «dangereux islamiste», selon le prince Ben Salmane

Le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, afirme que le journaliste était un «dangereux islamiste».[MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP]

Mohammed Ben Salmane considérait Jamal Khashoggi comme un «dangereux islamiste». Lors d'un appel échangé avec les Etats-Unis, il aurait expliqué que le journaliste avait été membre de l'organisation islamiste des Frères musulmans. 

Le coup de fil entre le prince héritier d'Arabie Saoudite et la Maison Blanche aurait eu lieu le 9 octobre, soit une semaine après l'assassinat de Jamal Khashoggi. Un échange téléphonique auquel ont participé Jared Kushner, le gendre de Donald Trump, et John Bolton, le conseiller pour la sécurité nationale. 

Selon le Washington Post, c'est à ce moment-là que Mohammed Ben Salmane aurait alerté les Etats-Unis sur le prétendu passé sulfureux de Jamal Khashoggi, qualifié de «dangereux islamiste». 

Khashoggi enquêtait sur l'action de l'Arabie Saoudite au Yémen

A cette période, l'Arabie Saoudite n'avait pas encore reconnu que le journaliste avait été tué au sein-même du consulat saoudien à Istanbul (Turquie). Le pays a démenti au New York Times la tenue de cet appel à cette date précise. 

Avant sa mort, Jamal Khashoggi enquêtait sur l'utilisation d'armes chimiques de la part de l'Arabie Saoudite au Yémen. L'un de ses amis avait échangé avec lui, quelques jours avant sa mort, le trouvant très inquiet. 

«Lorsque je lui ai demandé pourquoi il était inquiet, il ne voulait pas vraiment répondre, mais il m'a finalement dit qu'il détenait la preuve que l'Arabie saoudite avait utilisé des armes chimiques [au Yémen]. Il a dit qu'il espérait obtenir des preuves documentaires.» «Tout ce que je peux vous dire, c'est que la fois suivante où j'ai entendu parlé de lui, il avait disparu», a-t-il déclaré.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles