Jamal Khashoggi aurait été forcé d'envoyer un message à son fils juste avant sa mort

Sous pression après le décès de Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane avait reçu Salah Khashoggi et son oncle au palais royal de Ryad le 23 octobre[Handout / SPA / AFP]

Les médias turcs continuent de distiller des détails concernant la mort de Jamal Khashoggi. Selon leurs dernières informations, le journaliste saoudien a été contraint d'envoyer un ultime message à son fils avant d'être exécuté. 

C'est Abdulkadir Selvi, éditorialiste du quotidien turc Hürriyet, qui a révélé ce nouveau détail sordide ce lundi. «L'équipe, qui était composée de proches collaborateurs du Prince Mohammed ben Salmane, a demandé à Khashoggi d'envoyer un message à son fils, sinon il 'serait ramené en Arabie saoudite'.», a-t-il expliqué.

Selon l'éditorialiste, «Khashoggi a refusé, ce qui a entraîné la querelle qui s'est terminée par sa mort par strangulation, avec une corde ou un sac en plastique». 

Une méthode pour se disculper ?

Abdulkedir Selvi a toutefois précisé qu'il ne savait pas ce que le journaliste saoudien devait dire à son fils aîné Salah dans ce message. «Il est entendu que les quinze membres du commando qui sont venus en Turquie ont pris contact avec Salah juste avant», a-t-il expliqué dans les colonnes d'Hürriyet. «Selon une théorie, ils voulaient forcer Khashoggi à envoyer un message à son fils, et l'utiliser pour prouver leur innocence après le meurtre». 

Sous pression après le décès de Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane avait reçu Salah Khashoggi et son oncle au palais royal de Ryad le 23 octobre, pour leur présenter ses condoléances.

Pendant cette rencontre, le fils de Jamal Khashoggi semblait visiblement tendu, lançant un regard glacial au prince héritier tout en lui serrant la main. Il avait par la suite obtenu l'autorisation de quitter l'Arabie saoudite avec sa famille, et s'est envolé pour Washinton DC deux jours après. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles