Qatar : Damien Hirst fait scandale avec des sculptures d’utérus

Les sculptures géantes de Damien Hirst Chaque sculpture mesure entre 5 et 11 mètres. Elles culminent avec un bébé nu de 14 mètres après la naissance. [STRINGER / AFP]

Réalisées par l'artiste britannique Damien Hirst, quatorze sculptures géantes d'utérus représentant la croissance du foetus, viennent d'être officiellement inaugurées devant un hôpital au Qatar après des années de controverse.

«Vous savez, culturellement, c'est la première sculpture de nu au Moyen-Orient... C'est très courageux de la part du Qatar», avait admis Damien Hirst dans une interview au média qatari Doha News en 2013. Dévoilées pour la première fois cette année-là, les sculptures en bronze avaient ensuite été recouvertes jusqu'à ces dernières semaines.

La raison officielle était de les protéger des travaux de construction à l'hôpital. En réalité, elles avaient été cachées après un tollé sur les réseaux sociaux, certains tenants du conservatisme religieux refusant la représentation d'humains dans des oeuvres artistiques.

«Un élément de débat et de réflexion»

«Il y a un verset dans le Coran sur le miracle de la naissance. Ce n'est pas contre notre culture ou notre religion», défend Sheikha al Mayassa Hamad bin Khalifa al-Thani, présidente de Qatar Museums Authority, l'organisme chargé de la gestion et du développement des musées qataris, qui a commandé l'oeuvre pour 20 millions de dollars (17,5 millions d'euros).

«Nous ne nous attendons pas à ce que tout le monde les aime, nous ne nous attendons pas à ce que tout le monde les comprenne. Elles sont là pour créer un élément de débat et de réflexion», explique Layla Ibrahim Bacha, spécialiste des arts à la Fondation du Qatar, soutenue par le gouvernement.

Une oeuvre de 216 tonnes

Cette oeuvre monumentale, appelée «Le voyage miraculeux», montre un foetus grandissant dans l'utérus, de la fécondation à la naissance. Chaque sculpture mesure entre 5 et 11 mètres. Elles culminent avec un bébé nu de 14 mètres après la naissance. Au total, l'oeuvre pèse pas moins de 216 tonnes.

Elle accueille les patients de l'hôpital Sidra à Doha, la capitale du Qatar, qui a officiellement ouvert cette semaine et dont la construction a coûté quelque huit milliards de dollars (7 milliards d'euros). «Nous pensons que l'oeuvre reflète bien la mission de Sidra qui consiste à s'occuper de la santé des femmes et des bébés. C'est parfait pour le lieu, je pense que c'est en train de devenir emblématique», indique Layla Ibrahim Bacha.

Un haut lieu de l'art moderne

En dehors des sculpturs géantes de Damien Hirst, l'hôpital héberge plus de 60 oeuvres de grands artistes internationaux et du monde arabe, y compris du Qatar. Une impressionnante collection d'art moderne qui ferait pâlir d'envie de nombreuses galeries du monde.

Le Qatar pays, richissime pays du Golfe grâce à ses ressources en gaz et en pétrole, est en effet devenu depuis quelques années un acheteur majeur d'art contemporain. Il cherche ainsi à se présenter comme un centre culturel régional et l'un des Etats les plus progressistes du Golfe, dans le contexte de crise diplomatique l'opposant à ses voisins, en premier lieu l'Arabie saoudite.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles