1 Européen d'origine africaine sur 3 dit avoir été victime de racisme

«Les États membres ont besoin de politiques et de lois efficaces et ciblées, afin de veiller à ce que les personnes noires soient pleinement incluses dans notre société», demande l'Agence des droits fondamentaux de l'UE[ALBERTO PIZZOLI / AFP]

Un récent sondage réalisé par l'Union européenne révèle que le racisme est encore tristement d'actualité dans ses pays membres : un Européen d'origine africaine sur trois assure ainsi en avoir été victime au cours des cinq dernières années. 

Pour cette étude baptisée «Being Black in the EU» («Être noir dans l'UE»), l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA) a interrogé 5.803 personnes habitant dans douze pays membres. Selon leurs conclusions, «les personnes noires dans l'UE rencontrent des difficultés inacceptables ne serait-ce que pour trouver un logement ou un emploi décent, en raison de leur couleur de peau». 

Racisme et discrimination au quotidien

Dans le détail, l'étude montre que 30% des personnes interrogées - immigrées ou issues d'une génération d'immigrés, venus d'Afrique subsaharienne ou des territoires français et britanniques d'outre-mer - affirment avoir été l'objet de harcèlement à caractère raciste (insultes, commentaires, gestes, menaces...) ces cinq dernières années. Ils sont 63% à en avoir été victime en Finlande, 52% au Luxembourg, et 32% en France. 

tableau_1_0.jpg

Un sondé sur vingt ajoute avoir été la cible d'une attaque physique à caractère raciste pendant cette même période. Encore une fois, c'est la Finlande qui enregistre le taux le plus élevé (14%). Beaucoup - 41% - avouent ne pas avoir alerté les autorités parce que «ça n'aurait rien changé». 

tableau_2_0.jpg

La discrimination semble également être bien ancrée : en tout, 39% des sondés déclarent en avoir été victime ces douze derniers mois dans les secteurs des services privés ou publics (15%), lorsqu'ils cherchaient un emploi (10%), ou dans leur environnement de travail (9%). «Les jeunes personnes noires sont particulièrement vulnérables : dans certains pays, jusqu'à 76% d'entre elles ne travaillent pas [...], contre 8% de la population générale», note l'Agence dans un communiqué

De nouvelles mesures réclamées

Autre source de discrimination : le logement. «14% des répondants affirment que les propriétaires privés refusent de leur louer un logement. [...] Seules 15% des personnes noires sont propriétaires d'un logement, contre 70% de la population générale de l'UE. De plus, 45% d'entre elles vivent dans des logements surpeuplés», précise l'Agence. 

Au quotidien, les contrôles de police semblent également problématiques. 24% des sondés affirment avoir été contrôlés ces cinq dernières années et parmi eux, 41% estiment que les agents ont été motivés par leur couleur de peau. 

«Les États membres ont besoin de politiques et de lois efficaces et ciblées, afin de veiller à ce que les personnes noires soient pleinement incluses dans notre société», demande l'Agence des droits fondamentaux de l'UE. Ce rapport sera présenté au Parlement européen ce mercredi 28 novembre. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles