Le «papa» des bébés génétiquement modifiés fait une pause dans ses recherches

Face au tollé suscité, il a décidé de provisoirement se mettre en retrait. Le chercheur chinois qui affirme avoir fait naître les premiers bébés génétiquement modifiés au monde a annoncé mercredi faire une pause dans ses essais scientifiques.

«Je dois présenter mes excuses pour le fait que ce résultat ait fuité de façon inattendue», a déclaré lors d'une conférence spécialisée à Hong Kong He Jiankui, en référence aux vidéos diffusées dimanche sur YouTube. «Une pause est observée dans les essais cliniques compte tenu de la situation actuelle», a-t-il ajouté.

A la tête d'un laboratoire à Schenzen, He Jiankui avait créé une vive polémique dimanche en déclarant avoir fait naître des jumelles dont l'ADN avait été modifié afin de les rendre résistantes au SIDA. Une prouesse rendue possible grâce à la technique des ciseaux génétiques, qui permet d'enlever et de remplacer des parties indésirables du génome.

Cette avancée technologique offre d'innombrables perspectives dans le domaine des maladies héréditaires mais demeure controversée, notamment d'un point de vue éthique et en raison des forts risques d'affection du reste du patrimoine génétique, comme des mutations ou des ruptures chromosomiques dans d'autres zones de celles ciblées.

Vous aimerez aussi

La mission se déclare également favorable à la levée de l'anonymat des donneurs de sperme et à l'autorisation de la PMA post-mortem.
Santé Bioéthique : la mission parlementaire favorable à l'ouverture de la PMA
Santé Un bébé né grâce à la greffe de l'utérus d'une donneuse morte
He Jiankui, professeur d'université à Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud), a annoncé dans une vidéo diffusée lundi sur YouTube la naissance "il y a quelques semaines" de deux jumelles dont l'ADN a été modifié pour les rendre résistantes au virus du sida [LOIC VENANCE / AFP/Archives]
bioéthique Bébés génétiquement modifiés : la Chine ouvre une enquête

Ailleurs sur le web

Derniers articles