Législatives en Arménie : le Premier ministre a largement remporté son pari

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian vote aux élections législatives anticipées à Erevan le 9 décembre 2018 [Karen MINASYAN / AFP] Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian vote aux élections législatives anticipées à Erevan le 9 décembre 2018 [Karen MINASYAN / AFP]

La coalition menée par le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a triomphé dimanche aux élections législatives anticipées, convoquées par le dirigeant réformateur pour renforcer son pouvoir quelques mois après son arrivée à la tête du pays grâce à un soulèvement populaire.

Selon un décompte portant sur 90% des bureaux de vote, le bloc dirigé par le parti Contrat Civil de M. Pachinian a obtenu 70,45% des votes, a annoncé la Commission électorale centrale. Le parti Arménie prospère arrive en deuxième position avec 8,37% des suffrages.

Nikol Pachinian, un ancien journaliste de 43 ans, est arrivé au pouvoir en Arménie en mai dernier après avoir mené pendant plusieurs semaines des manifestations massives contre le gouvernement alors au pouvoir depuis plus de dix ans.

Mais M. Pachinian ne contrôlait pas le Parlement, encore largement acquis au Parti républicain de l'ex-président Serge Sarkissian, raison pour laquelle, bloqué dans ses réformes, il aspirait à organiser des élections anticipées.

Mi-octobre, Nikol Pachinian a réussi une manœuvre politique en annonçant sa démission, puis en se mettant d'accord avec les députés pour qu'ils échouent deux fois consécutivement à élire un nouveau chef de gouvernement: un prétexte pour la dissolution du Parlement et la convocation d'élections législatives anticipées.

Les prochaines élections législatives dans cette ex-république soviétique du Caucase du Sud n'étaient jusqu'alors prévues qu'en 2022.

Vous aimerez aussi

Photo d'archives du président algérien Abdelaziz Bouteflika le 10 avril 2016 à sa résidence à Zeralda près d'Alger [Eric FEFERBERG / AFP/Archives]
scrutin Présidentielle en Algérie : Abdelaziz Bouteflika sera-t-il candidat ?
L'opposant congolais Martin Fayulu, candidat à la présidence, vote à Kinshasa le 30 décembre 2018. [Luis TATO / AFP/Archives]
Afrique Présidentielle en RDC : Fayulu revendique la victoire et va saisir la cour constitutionnelle
Elections en RDC : des irrégularités soupçonnées
scrutin Elections en RDC : des irrégularités soupçonnées

Ailleurs sur le web

Derniers articles