Suède : un festival réservé aux femmes reconnu coupable de discrimination

Concert lors du festival Statement, réservé aux femmes, non-binaires et personnes transgenre. Le festival «Statement» a été fondé par la comédienne suédoise Emma Knyckare en réponse à une série d’agressions sexuelles dans les festivals de musique suédois. [Frida WINTER / TT NYHETSBYRÅN / TT News Agency / AFP]

«Statement», le festival de musique suédois réservé aux femmes, aux non-binaires et aux personnes transgenres, a été reconnu coupable de discrimination.

Toutefois, aucune sanction n’a été infligée au festival, la Haute autorité chargée des questions de discrimination reconnaissant que personne n’avait subi de dommages. «Aucune différenciation basée sur le sexe n’a été faite sur les visiteurs à l’entrée» de l’événement, a-t-elle précisé.

La condamnation vise en réalité les déclarations des organisateurs de «Statement», qui avaient publiquement expliqué, sur Internet ou dans les médias, que le festival était «interdit» aux hommes. Ces déclarations ont pu «décourager certaines personnes d’assister à l’événement», a souligné l’autorité, y voyant une violation de la loi interdisant la discrimination fondée sur le sexe.

«Nous pensons qu’il est regrettable que 5.000 femmes, non-binaires et transgenres aient été témoins d’une expérience qui a changé leur vie dans ce festival tandis que quelques hommes aient été pris au dépourvu», ont répondu les organisateurs, cités par le Guardian. 

Une réponse aux agressions sexuelles

Le festival «Statement» a été fondé par la comédienne suédoise Emma Knyckare en réponse à une série d’agressions sexuelles dans les festivals de musique suédois. En 2017, Bravalla, le plus grand festival du pays, avait été entaché par quatre viols et 23 agressions sexuelles, entrainant son annulation en 2018. «Statement» se voulait ainsi être un «espace sûr pour les personnes souhaitant assister à un festival sans craindre pour leur sécurité».

L’événement s’est tenu en août dernier dans la ville de Göteborg, après avoir récolté près de 50.000 euros par le biais d’une campagne de financement participatif.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles