Donald Trump a-t-il bénéficié d'un passe-droit pour éviter la guerre du Vietnam ?

Donald Trump, lors d'un discours aux troupes américaines déployées en Irak, le 26 décembre 2018. Donald Trump, lors d'un discours aux troupes américaines déployées en Irak, le 26 décembre 2018. [© SAUL LOEB / AFP]

Un faux certificat médical pour échapper au front ? A l'automne 1968, le docteur Larry Braunstein aurait accordé un traitement de faveur à Donald Trump afin de lui éviter de rejoindre l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam.

C'est le New York Times qui a levé le lièvre le 26 décembre, en publiant dans ses colonnes les témoignages des deux filles du praticien, Elysa Braunstein et Sharon Kessel. D'après elles, le futur président des Etats-Unis et leur père podologue, qui entretenait une relation cordiale avec le patriarche Fred Trump, auraient passé un accord à l'amiable pour faire en sorte que le jeune héritier de 22 ans soit reconnu inapte au combat et réformé.

Le médecin aurait ainsi diagnostiqué à Donald Trump une épine calcanéenne, à savoir une excroissance osseuse anormale au niveau du talon, très douloureuse dans ces certains cas. Or, selon les deux sœurs, leur père aurait laissé entendre, plus tard, que Trump n'avait jamais été touché par ce problème de santé. Sauf qu'il aurait quand même pris la décision de le réformer sur ce motif, en échange de services rendus. «Je sais que c'était une faveur. Notre père avait accès à Fred Trump [dont il louait les locaux]. S'il y avait quoi que ce soit qui n'allait pas dans le bâtiment, il appelait Trump, qui s'en occupait immédiatement», ont expliqué les filles du docteur Braunstein au quotidien américain.

Des problèmes de mémoire ?

Reste que le médecin en question est décédé en 2007, ne laissant nulle trace de cet épisode, et qu'aucun certificat médical ni élément matériel n'ont été retrouvés pour étayer la thèse de l'arrangement controversé. C'est donc sur le seul témoignage des enfants du praticien que repose cette hypothèse.

A noter toutefois que l'absence de Donald Trump sur les champs de bataille du Vietnam avait déjà été mise en question lors de la dernière campagne présidentielle américaine. Le candidat républicain avait d'abord expliqué avoir échappé à la conscription grâce aux loteries organisées par le gouvernement américain, avant de se rétracter et d'évoquer une dispense pour motif médical... sans pour autant se rappeler du nom du médecin à l'origine du diagnostic.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles