L'oiseau le plus rare du monde retrouve un nouvel habitat

21 canards fuligules de Madagascar, une espèce d'oiseau aquatique quasiment disparue, ont pu être réintroduits sur le lac Sofia, à Madagascar (photo d'illustration). 21 canards fuligules de Madagascar, une espèce d'oiseau aquatique quasiment disparue, ont pu être réintroduits sur le lac Sofia, à Madagascar (photo d'illustration). [MARCO BERTORELLO / AFP]

Grâce au travail de plusieurs ONG, qui ont construit la première volière flottante au monde, 21 canards fuligules de Madagascar, une espèce d'oiseau aquatique quasiment disparue, ont pu être réintroduits sur le lac Sofia, dans le nord du pays.

De meilleures conditions pour ces oiseaux rares, élevés en captivité. Ces derniers «se sont rapidement habitués à leur nouvel environnement», s’est félicité Nigel Jarrett, responsable de la Wildfowl and Wetlands Trust (WWT). «Ils plongent pour chercher leur nourriture, volent, et communiquent avec les autres canards

Les canards fuligules de Madagascar avaient quasiment disparu, mais en 2006, 25 d’entre eux avaient été retrouvés. Mais ces petits canetons avaient visiblement du mal à vivre dans cet environnement. Le lac où ils ont été découverts était en effet trop profond et trop froid, et donc peu adapté à leur survie.

Le projet, qui a nécessité dix ans de préparation, n’était pas évident à mettre en œuvre, car le lac n’est accessible en voiture que trois mois par an.

Une chance pour la survie de l’espèce

Fabriquées à partir d’anciennes cages de saumon d’élevage, les volières, acheminées depuis le Royaume-Uni, permettent aux canards de trouver refuge et de se ravitailler en cas de besoin. 

Les canetons nés en octobre ont été transportés sur le lac à 200 km par un chemin de terre et élevés dans des volières situées au bord du lac. Au début du mois de décembre, juste avant de pouvoir voler, ils sont passés dans les volières flottantes. D'autres équipements flottants, tels que des stations d'alimentation et des radeaux, ont été spécialement conçus et installés sur le lac pour donner aux oiseaux les meilleures chances de survie.

«Le programme de restauration du lac Sofia encouragera les habitants de Madagascar à ne plus considérer les zones humides de l’île comme des causes perdues. Ils pourraient redevenir des centres de biodiversité tout en continuant de soutenir les communautés de personnes qui en dépendent également», a expliqué Glyn Young, responsable du programme Oiseaux au Durrell Wildlife Conservation Trust.

Cela n’empêchera malheureusement pas les causes originelles de la disparition de cette espèce rare, à savoir la pollution, la sédimentation, les mauvaises pratiques agricoles ou encore l’introduction de nouvelles espèces envahissantes de poissons dans les lacs, de continuer à sévir.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles