Tuerie du musée juif de Bruxelles : Nemmouche devant ses juges

Mehdi Nemmouche, jihadiste français accusé des quatre assassinats commis en 2014 au Musée juif de Bruxelles, comparaît lundi devant la cour d'assises de la capitale belge pour une nouvelle audience préparatoire, trois jours avant l'ouverture de son procès placé sous étroite surveillance policière.

L'audience, convoquée à 9H00 (08H00 GMT), vise à désigner le jury populaire qui décidera avec les magistrats de la cour du sort du jihadiste. Le procès commencera officiellement jeudi avec la lecture de l'acte d'accusation et pourrait durer jusqu'à fin février.

L'attentat antisémite de Bruxelles avait ému la communauté internationale. Plus de 300 journalistes belges et étrangers sont accrédités pour suivre les débats. Jugé avec un complice présumé, un autre Français qui doit aussi répondre d'"assassinat terroriste" et encourt comme lui la prison à perpétuité, Mehdi Nemmouche, 33 ans, fait figure de principal accusé.

Si les 12 jurés soutiennent la thèse de l'accusation, la tuerie du musée juif restera comme le premier attentat commis en Europe par un combattant jihadiste de retour de Syrie, dix-huit mois avant le sanglant 13 novembre 2015 (130 morts à Paris). Pour sa part, Nemmouche, délinquant multirécidviste qui s'est radicalisé en prison, nie les faits. Il veut "voir son innocence reconnue", comme l'a dit un de ses avocats le 20 décembre lors d'une première audience préliminaire.

Des preuves jugées "accablantes"

En face, sur les bancs des parties civiles, familles et associations juives estiment à l'inverse que les preuves rassemblées contre lui sont "accablantes". Selon l'accusation, Nemmouche est l'homme qui, le 24 mai 2014, a ouvert le feu dans le hall d'entrée du Musée juif, tuant un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un jeune employé belge du site. Un quadruple assassinat exécuté en 82 secondes, comme s'il était l'oeuvre d'un tueur professionnel.

A l'époque, le natif de Roubaix (nord) était revenu depuis peu de Syrie où il avait combattu dans les rangs jihadistes. Soupçonné d'y avoir été l'un des geôliers de quatre journalistes français (appelés à témoigner aux assises de Bruxelles), il a été inculpé fin 2017 à Paris et un autre procès se profile pour lui en France.

Dans l'enquête française sur cette séquestration, Nemmouche a été dépeint en gardien "violent", tortionnaire de prisonniers syriens et admirateur de Mohamed Merah, l'homme qui avait tué trois enfants et un père juifs en 2012 à Toulouse (sud de la France). Pour Yohan Benizri, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), partie civile au procès, le caractère antisémite des assassinats reprochés à l'accusé ne fait aucun doute. La crainte, a confié M. Benizri à l'AFP, est que ses avocats, Sébastien Courtoy et Henri Laquay, tentent de "minimiser" cet aspect antisémite, ou de "tenir un discours de type complotiste".

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles