La police de Las Vegas demande un échantillon ADN de Cristiano Ronaldo

Le joueur portugais nie toujours «vigoureusement» ces accusations de viol[Marco BERTORELLO / AFP]

La police de Las Vegas a émis un mandat auprès des autorités italiennes pour obtenir un échantillon de l'ADN de Cristiano Ronaldo, soupçonné d'avoir violé une jeune américaine en 2009. 

«Nous confirmons qu'une demande officielle a été soumise aux autorités italiennes», a indiqué la police de la ville dans un communiqué, précisant qu'elle prenait les «mêmes mesures pour cette affaire que pour n'importe quelle autre agression sexuelle». Les enquêteurs veulent comparer l'ADN du joueur vedette de la Juventus de Turin avec celui qui a été retrouvé sur la robe que la plaignante portait au moment des faits.

Deux camps, deux versions

Suite à cette demande, Peter S. Christiansen, l'avocat du footballeur, a estimé qu'il n'était «pas surprenant que de l'ADN soit présent», étant donné que son client «a toujours maintenu - c'est encore le cas aujourd'hui - que ce qui s'est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle». Il n'a pas précisé si son client avait l'intention de coopérer. 

Selon le récit de la plaignante, Kathryn Mayorga, elle aurait rencontré Cristiano Ronaldo le 13 juin 2009 au Palms Hotel de Las Vegas alors que tous deux s'y trouvaient avec des amis. Le footballeur aurait invité la jeune femme alors âgée de 24 ans, ainsi qu'une amie et quelques autres personnes, à venir dans le jacuzzi de sa suite. 

La jeune mannequin n'ayant pas de maillot de bain sur elle, la star du ballon rond lui aurait proposé un t-shirt et un short à la place. Mais pendant qu'elle se changeait dans la salle de bain, Cristiano Ronaldo aurait fait irruption dans la pièce pour lui demander une fellation, demande qu'elle affirme avoir refusé. Elle déclare avoir été sodomisée de force tandis qu'elle protégeait son sexe de ses mains et criait «non, non, non» en tentant de s'échapper. Elle a immédiatement dénoncé le viol présumé à la police de Las Vegas, et a subi un examen médical. 

un accord mais pas d'aveu

Après cette soirée, une «médiation privée» avait eu lieu avec des représentants de Cristiano Ronaldo (qui était par ailleurs sur le point de passer de Manchester United au Real Madrid pour le transfert le plus onéreux du monde à l'époque), la plaignante, et son avocat. A l'issue de cette rencontre, décrite comme très éprouvante par la jeune femme, une transaction financière avait été conclue entre les deux parties. Contre la somme de 375.000 dollars (environ 325.000 euros), la jeune femme devait garder le silence sur les faits présumés et l'accord, et renoncer à toute procédure.

Le footballeur «ne nie pas qu'il a accepté de sceller un accord» mais «les documents qui sont censés contenir des déclarations de Cristiano Ronaldo et qui ont été reproduits dans les médias sont de pures inventions», a déclaré Peter S. Christiansen, soulignant que «cet accord ne constitue pas un aveu». Le joueur portugais nie toujours «vigoureusement» ces accusations de viol. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles