Le parc national de Komodo pourrait fermer pour sauver les dragons

Les dragons de Komodo souffrent de la dégradation de leur environnement. Les dragons de Komodo souffrent de la dégradation de leur environnement.[FABRICE COFFRINI / AFP]

Le célèbre parc national de Komodo, célèbre pour ses dragons, pourrait prochainement être fermé aux touristes pour une durée d'un an, a rapporté le quotidien britannique Telegraph. 

Cette mesure viserait à permettre à la population de lézards géants de croître, en laissant se reconstituer la biodiversité dans leurs zones de chasse, mise à mal par le braconnage et le tourisme.

C'est le gouverneur de la région, située dans la province indonésienne des Petites îles de la Sonde orientales, qui a proposé cette fermeture, la semaine dernière. «Les dragons de Komodo ne sont plus aussi gros qu'ils l'étaient parce que la population de cerfs, leur proie favorite, continue à décliner en raison du braconnage», a expliqué ce dernier, Viktor Bungtilu Laiskodat. 

La fermeture du parc, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, s'inscrirait dans le cadre d'un vaste programme planifié par le gouvernement indonésien afin de limiter l'impact négatif du tourisme à Bali. 

Vers une taxe environnementale

5,7 millions de touristes on visité la région l'année dernière, le tourisme représentant 80% de l'économie locale. Mais cet afflux massif provoque de graves dégâts environnementaux. Les autorités ont ainsi déclaré dès 2017 un état d'urgence face aux déchets, alors que les résidus de plastique polluent la quasi totalité des plages. 

Fin 2018, une législation a ainsi été introduite pour interdire les plastiques à usage unique, comme les sacs, touillettes, boîtes et autres gobelets.

Une taxe environnementale pourrait bientôt être imposée au touristes afin de financer la gestion des déchets et les programmes en faveur de la préservation des écosystèmes de Bali.

L'Indonésie suivrait ainsi l'exemple de la Thaïlande et des Philippines, qui ont mis en place des mesures similaires pour limiter la dégradation de l'environnement par le tourisme de masse.

Vous aimerez aussi

Indonésie : sauvetage d'un orang-outan grièvement blessé par des villageois
Vidéo Indonésie : sauvetage d'un orang-outan grièvement blessé par des villageois
Drame Indonésie : au moins 50 morts lors d’inondations en Papouasie
Siti Aisyah est libre de retourner dans son pays, l'Indonésie.
Corée du Nord Assassinat du demi-frère de Kim Jong-un : une suspecte libérée

Ailleurs sur le web

Derniers articles