Le soi disant «califat» de Daesh en Syrie sera défait d'ici à un mois

Mazloum Kobani, commandant en chef des Forces démocratiques syriennes lors d'une interview exclusive avec l'AFP, près de la ville de Hassaké dans le nord de la Syrie, le 24 janvier 2019 [Delil SOULEIMAN / AFP] Mazloum Kobani, commandant en chef des Forces démocratiques syriennes lors d'une interview exclusive avec l'AFP, près de la ville de Hassaké dans le nord de la Syrie, le 24 janvier 2019. [Delil SOULEIMAN / AFP]

Les opérations militaires contre Daesh en Syrie touchent à leur fin et les jihadistes seront chassés d'ici un mois des dernières poches de leur prétendu «califat» dans l'est syrien, a déclaré à l'AFP un haut commandant impliqué dans l'offensive.

«L'opération de nos forces contre Daesh dans son dernier réduit touche à sa fin et les combattants jihadistes sont désormais cernés dans un secteur», a indiqué Mazloum Kobani, commandant en chef des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans une interview exclusive accordée à l'AFP jeudi, près de la ville de Hassaké dans le nord de la Syrie.

«Nous avons besoin d'un mois pour éliminer ce qu'il reste de Daesh dans ce secteur», a-t-il ajouté.

Avec le soutien de la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, les FDS sont près de terminer une opération lancée le 10 septembre pour venir à bout des jihadistes de Daesh dans leurs bastions de la vallée de l'Euphrate, dans l'est de la Syrie.

Quelques centaines de combattants de Daesh sont désormais retranchés dans une poignée de hameaux près de la frontière irakienne qui constituent les dernières poches du «califat» autoproclamé de Daesh en Syrie et en Irak.

«Je pense qu'au cours du prochain mois, nous annoncerons officiellement la fin de la présence militaire de ce soi disant califat» en Syrie, a affirmé M. Kobani.

Le commandant a expliqué que la bataille a été compliquée par l'utilisation par l'EI de nouvelles tactiques, comme l'activation de «cellules dormantes, le recrutement secret de combattants et des opérations suicide, des attentats à la bombe et des assassinats».

«Nous nous attendons à une intensification de (ce genre) d'opérations de Daesh contre nos forces une fois que nous aurons mis fin à leur présence militaire» dans les derniers restes du «califat», a-t-il souligné.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles