Il poursuit ses parents pour lui avoir donné naissance

Cet Indien, originaire de Mumbai, trouve le fait d’avoir des enfants «égoïste et hypo­crite». [Capture d'écran Facebook / Nihilanand]

C'est ce qui s'appelle être jusqu'au-boutiste. Fidèle à ses convictions, Raphaël Samuel, un Indien de 27 ans, a décidé de traîner ses parents en justice parce qu'il estime que ces derniers lui ont donné la vie «sans son consentement».

Comme l'explique la presse anglo-saxonne, notamment le quotidien britannique The Guardian, Raphaël Samuel se dit en effet être «antinataliste».

Concrètement, selon lui, mettre des enfants au monde est comparable à un «kidnap­ping ou à de l’es­cla­vage».

Et bien qu’il ait eu de bonnes rela­tions avec ses géniteurs, l'homme, originaire de Mumbai, la capitale indienne, trouve le fait d’avoir des enfants «égoïste et hypo­crite»

«J’aime mes parents, mais ils m’ont eu pour leur propre plai­sir»

«J’aime mes parents, mais ils m’ont eu pour leur propre plai­sir. Ma vie a été incroyable, mais je ne vois pas pourquoi je devrais infli­ger à un autre être la comé­die de l’école et d’une carrière, surtout quand il n’a pas choisi d’exis­ter», avance-t-il ainsi comme explications sur sa page Facebook.

Raphaël Samuel, qui se fait appeler Nihilanand sur les réseaux sociaux, est suivi par des centaines de personnes et est l'un des plus visibles représentants du mouvement antinataliste, grandissant en Inde.

Ce système de pensée, assimilé à une forme de philosophie de vie, trouve son origine en Europe notamment via des figures telles que le philosophe allemand Arthur Schopenhauer.

Un mouvement qui estime «injuste» que des personnes procréent

Il attribue, comme son nom l'indique, une valeur négative à la naissance et estime moralement injuste que des personnes procréent, tout simplement parce qu'une grande part de la pauvreté pourrait être évitée si les humains étaient moins nombreux sur Terre. 

Cette idéo­lo­gie, qui semble connaître un certain regain d'intérêt ces dernières années, notamment en raison de la prise de conscience de la menace que fait peser l'espèce humaine sur l'environnement, trouve ainsi de nouveaux adeptes à travers la planète. Et donc en Inde, le deuxième pays le plus peuplé au monde après la Chine (1,1 milliard et 1,3 milliard respectivement).

Et s'il est quasiment certain que la plainte de Raphaël Samuel a peu de chances d'aboutir, une date de procès n'a d'ailleurs toujours pas été fixée à ce jour, elle permet néanmoins au mouvement antinataliste de s'offrir une belle publicité.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles