Thaïlande : la princesse ne sera pas premier ministre

Il s'agit de la première fois qu'un membre de la famille royale brigue un tel poste, dans l'histoire du pouvoir national[Mike CLARKE / AFP]

Nouvelle étape dans le feuilleton qui agite la politique thaïlandaise. La soeur aînée du roi, Ubolratana Rajakanya Sirivadhana Barnavadi, ne se présentera finalement pas au poste de premier ministre.

Cette dernière avait annoncé sa candidature, ce vendredi, au poste de Premier ministre lors du scrutin législatif du 24 mars prochain. Mais son frère cadet s'y est fermement opposé.

Le roi Vajiralongkorn a considéré que cette candidature était «inappropriée». Pour ce dernier, les membres de la famille royale doivent se tenir éloignés de la politique. Il s'agissait de la première fois qu'un membre de la famille royale briguait un tel poste, dans l'histoire du pouvoir national

La princesse devait se présenter sous les couleurs du parti Thai Raksa Chart contre le chef de la junte militaire, Prayut Chan-o-cha, l'auteur du coup d'Etat de 2006. «Le parti Thai Raksa Chart se soumet à l'ordre royal», a annoncé la formation ce samedi.

Une proche du clan Shinawatra

Le parti Thai Raksa Chart est proche des deux anciens leaders, bêtes noires de la junte militaire. Thaksin Shinawatra, au pouvoir jusqu'en 2006, avait été évincé par les militaires. Sa soeur, Yingluck Shinawatra, avait, quant à elle, été renversée en 2014 par les généraux, actuellement à la tête d'un pays en crise.

«La princesse Ubolratana a été vue ces derniers mois en compagnie de Thaksin (outre-Manche) où l’ex-premier ministre possède une résidence», affirmait ce vendredi l’expert de la politique thaïlandaise Shawn Crispin, sur le site du média Asia Times. En 2018, la princesse avait aussi été aperçue en compagnie de Thaksin et de sa soeur, Yingluck, lors d'une rencontre de la coupe du Monde à Moscou. En cas d'élection, elle aurait pu réintroduire ces figures du pouvoir dans la vie politique thaïlandaise.

Son titre royal abandonné

La princesse, l’aînée des enfants du défunt roi Bhumibol Adulyadej, a abandonné son titre royal officiel lorsqu'elle a épousé en 1972 Peter Ladd Jensen, citoyen américain et étudiant au Massachusetts Institute of Technology. «J'ai abandonné mes titres royaux et vécu comme une roturière», a déclaré Ubolratana, 67 ans, dans un message publié sur Instagram. «J’ai accepté la nomination du parti Thai Raksa Chart pour le poste de Premier ministre pour qu’il fasse valoir mes droits et ma liberté sans aucun privilège au-dessus des autres citoyens thaïlandais en vertu de la constitution.»

Des pressions politiques

Néanmoins, elle reste un membre à part entière de la famille royale, a rappelé son frère. C'est l'argument qu'il a avancé pour refuser la candidature de sa soeur. 

Mais ce retournement de situation soudain trouve plutôt son origine dans des influences et pressions politiques, selon des analystes. Sa sympathie pour le clan Shinawatra pourrait avoir été mal perçue, d'autant que l'ancien leader, Thaksin, s'était vu reprocher ses liens avec des mouvances politiques anti-royalistes.   

Pour Paul Chambers, conférencier au collège d’études asiatiques de l’Université de Naresuan,  Ubolratana représentait «une menace certaine pour Prayut», son adversaire dans la course aux législatives et avait plus «de légitimité auprès des Thaïlandais que le leader du coup d'Etat».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles