Inde : 100 personnes meurent après avoir bu de l’alcool frelaté

Les décès dus à l'alcool produit illégalement, connu localement sous le nom de «hooch» ou «liqueur de pays», sont fréquents en Inde. Les décès dus à l'alcool produit illégalement, connu localement sous le nom de «hooch» ou «liqueur de pays», sont fréquents en Inde. [DIPTENDU DUTTA / AFP]

Plus de cent personnes sont mortes dans deux États indiens après avoir bu de l'alcool frelaté, a déclaré lundi la police.

Un grand nombre de personnes décédées à Haridwar, dans l'État d'Uttarkhand et dans deux districts de l'Uttar Pradesh voisin, se sont plaintes de douleurs à l'estomac et de problèmes respiratoires, ont déclaré des proches et des responsables.

«Il s'est plaint de maux de ventre graves, alors je l'ai emmené faire une injection», a déclaré l'épouse d'une victime, Hira Lal, à ANI, partenaire de Reuters. «Il était mieux alors et a dormi après son retour à la maison. (Mais) la douleur a repris, alors nous l'avons emmené à nouveau à l'hôpital et ils l'ont admis.»

La police a arrêté quatre personnes liées à ces morts, a déclaré à Reuters Janmaijai Prabhakar, surintendant principal de la police à Haridwar.

«Le nombre total de victimes à Haridwar reste à 36 et actuellement, environ 18 personnes suivent un traitement», a-t-il déclaré.

Les autorités de l'Uttar Pradesh n'ont pu être contactées lundi pour les dernières statistiques sur les victimes, mais au moins 69 personnes sont mortes dans cet État, selon les journaux Indian Express et Times of India.

Le magistrat du district de Saharanpur, dans l'Uttar Pradesh, Alok Kumar Pandey, a déclaré la semaine dernière que les médecins avaient conclu à la mort de nombreuses victimes «à la suite d'une infection du foie et de problèmes du système respiratoire».

Des décès fréquents

Les décès dus à l'alcool produit illégalement, connu localement sous le nom de «hooch» ou «liqueur de pays», sont fréquents en Inde, où beaucoup ne peuvent pas se permettre d'acheter des spiritueux de marque.

Mais le bilan actuel serait le plus meurtrier depuis un cas similaire, qui a tué 172 personnes au Bengale occidental en 2011.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles