La directrice mode de Vogue Brésil démissionne après des photos évoquant l'esclavage

Elle a quitté son poste mercredi 13 février[Fernanda Calfat / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Accusée d'avoir diffusé des images évoquant l'esclavage, Donata Meirelles, directrice mode du célèbre magazine Vogue au Brésil, a abandonné son poste. 

Le cliché à l'origine du scandale a été pris lors du cinquantième anniversaire de Donata Meirelles. Tout sourire, vêtue d'une robe rose, elle est assise sur un fauteuil en rotin blanc, et flanquée de deux femmes noires habillées en blanc. 

Un symbole de suprémacisme blanc ?

Des tenues qui, pour certains, ne sont pas sans rappeler celles des esclaves brésiliennes. «Les femmes noires ont été utilisées comme des objets pour créer une scène exotique», a estimé Stephanie Ribeiro, auteure de la rubrique «#BlackGirlMagic» de la version brésilienne du magazine Marie Claire. «Ça rappelle le colonialisme et présente cette époque de façon romantique. Elle recréait l'image selon laquelle les Blancs sont supérieurs et les Noirs sont déshumanisés», a-t-elle poursuivi.

Une comparaison illustrée par une utilisatrice d'Instagram, qui a juxtaposé une photo d'archive et celle de la désormais ex-directrice mode. «Une femme de la famille Costa Carvalho assise avec deux esclaves», indique-t-elle. «La première date de 1860. La deuxième est de 2019». 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

“(...)Já as escravas de casas ricas eram adornadas por seus próprios senhores. Quando saíam para as ruas acompanhando suas senhoras ou crianças, eram exibidas em trajes finos e carregadas de joias.A própria escrava era um objeto de ostentação do dono, um objeto de luxo a ser mostrado publicamente”. Trecho do livro Jóias de Crioula de Laura Cunha e Thomas Milz. A primeira foto foi tirada em 1860. De acordo com @edercansino a foto que faz parte do acervo do @imoreirasalles, intitulada “senhora da família Costa Carvalho na liteira com dois escravos” foi feita na Bahia por fotógrafo desconhecido. A segunda imagem é de 2019 mesmo. #sóeuacheiestranho #Bahiaterradafelicidade #ritadeixederecalque #passeodedinhoprolado #osprincípiosacimadaspersonalidades #qualquersemelhança #nãoémeracoincidência

Une publication partagée par ritabatista (@ritabatista) le

Le lendemain de la fête qui s'est tenue à Bahia (est du Brésil), Donata Meirelles a livré sa version des faits face au scandale. Elle a expliqué sur Instagram que le fauteuil en question était en fait un objet lié au candomblé, l'une des religions afro-brésiliennes pratiquées dans le pays, et que les femmes portaient des tenues traditionnelles. «Malgré tout, si cela a pu donner une autre impression, j'en suis désolée», s'est-elle excusée.

Elle a quitté son poste mercredi 13 février. «Vogue Brésil regrette profondément ce qui est arrivé et espère que le débat que cela a provoqué sera une expérience enrichissante», a écrit le magazine dans un communiqué publié sur Instagram

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Em relação às manifestações referentes à festa de 50 anos de Donata Meirelles, a Vogue Brasil lamenta profundamente o ocorrido e espera que o debate gerado sirva de aprendizado. Nós acreditamos em ações afirmativas e propositivas e também que a empatia é a melhor alternativa para a construção de uma sociedade mais justa, em que as desigualdades históricas do País sejam debatidas e enfrentadas. Em busca da evolução constante que sempre nos pautou, aproveitamos a reflexão gerada para ampliar as vozes dentro da equipe e criar, em caráter permanente, um fórum formado por ativistas e estudiosos que ajudarão a definir conteúdos e imagens que combatam essas desigualdades.

Une publication partagée par Vogue Brasil (@voguebrasil) le

Pour rappel, le Brésil est le dernier pays d'Amérique à avoir aboli l'esclavage noir le 13 mai 1888. Mais même si la population afro-brésilienne et métisse s'élèvait à 51,3% en 2010, le racisme reste un problème récurrent. «La société [brésilienne] est raciste et le sera toujours», avait déclaré Antonio Carlos Rodrigues l'année dernière, emprisonné à tort à la place du coupable qui avait «la même couleur de peau» que lui. 

Un fossé visible même dans la presse féminine : c'est seulement trente-six ans après son lancement que Vogue Brésil a mis une femme noire en couverture. C'était en janvier 2011, pour l'édition spéciale «Black is beautiful», avec Emanuela De Paula. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles