«Genèse» : les premières images de la sonde «low-cost» israélienne en route vers la Lune

Baptisée «Beresheet» (genèse, en hébreu), elle est la première sonde israélienne d'initiative privée à viser le satellite naturel de la Terre, la Lune. L'engin a décollé ce vendredi 22 février à 2h45 depuis le Cap Canaveral (Floride), à bord d'une fusée Falcon 9 de Space X.

Et dont il est possible de suivre son parcours en temps réel sur Internet.

La sonde a été envoyée dans l'espace en même temps qu'un satellite de télécommunications indonésien et un satellite militaire américain. Et si tout va bien, elle devrait se poser sur la Lune, le 11 avril prochain et fera d'Israël le 4e pays à avoir conquis la Lune, après l'URSS (1966), les Etats-Unis (1966) et la Chine (2013).

Le robot Beresheet a été conçu par la fondation Space IL. Estimé à 100 millions de dollars, il est aujourd'hui le seul à avoir été financé par des fonds privés, en majorité des fortunes israéliennes et étrangères. A l'origine, il répondait au concours Google Lunar XPrize. Lancé en 2007, le concours prévoyait de donner 20 millions de dollars au premier groupe envoyant sur la Lune un robot capable d'y parcourir 500 mètres. La compétition a finalement été annulée après une suite de reports car aucune équipe était capable de respecter les délais.

Une durée de vie de 48h

Beresheet est un simple aterrisseur de petite taille. Sa mission scientifique : mesurer le magnétisme lunaire, au moment de l'alunissage et au sol. Toutefois, son espérance de vie est très courte - 48 heures - car ses circuits électroniques n'étant pas prévus pour survivre aux températures.

A son bord, la sonde de 180 kilos (hors essence) transporte une bible nanogravée, la déclaration d'indépendance d'Israël, son hymne national, des témoignages de rescapés de la Shoah, des dessins d'enfants, la prière du voyageur et une note du défunt président, Shimon Peres.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles