L'Inde mène des frappes au Cachemire pakistanais

L'armée indienne a mené des frappes «préventives» à Balakot. L'armée indienne a mené des frappes «préventives» à Balakot.[JAMEEL AHMED / AFP]

L'Inde a annoncé mardi avoir mené au petit matin en territoire contrôlé par le Pakistan une «frappe préventive» contre le principal camp d'entraînement du groupe islamiste responsable de l'attentat suicide qui a tué environ 40 paramilitaires indiens au Cachemire.

«Aux premières heures aujourd'hui, l'Inde a frappé le plus grand camp d'entraînement de Jaish-e-Mohammed à Balakot. Dans cette opération, un très grand nombre de terroristes, de formateurs, de hauts commandants et de jihadistes entraînés aux attentats suicide de Jaish-e-Mohammed ont été éliminés», a déclaré Vijay Gokhale, un haut responsable de la diplomatie indienne, lors d'une conférence de presse.

Selon les autorités indiennes, Jaish-e-Mohammed (JeM), l'un des groupes armés les plus actifs contre New Delhi dans la rébellion séparatiste au Cachemire, préparait de nouveaux attentats suicide en Inde.

«Au vu du danger immédiat, une frappe préventive est devenue absolument nécessaire» a dit M. Gokhale, indiquant que ce camp était situé en forêt au sommet d'une colline, à l'écart des populations civiles. «Le choix de la cible a été aussi conditionné par notre désir d'éviter les victimes civiles», a-t-il déclaré.

Le Cachemire, une région disputée

L'Inde accuse de longue date le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations de rebelles islamistes et la rébellion armée au Cachemire indien, ce qu'Islamabad a toujours démenti. Les deux puissances nucléaires d'Asie du Sud se disputent depuis sept décennies cette région himalayenne.

«L'existence d'infrastructures d'entraînement aussi grandes, capables de former des centaines de jihadistes, n'aurait pu fonctionner sans que les autorités pakistanaises soient au courant», a fustigé le ministre des Affaires étrangères indien.

Il existe deux Balakot au Pakistan: l'un situé à proximité immédiate de la ligne de cessez-le-feu au Cachemire, l'autre nettement plus loin en territoire pakistanais, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (KPK). New Delhi n'a pas précisé lequel des deux lieux a été visé.

«Si c'est Balakot en KPK, alors c'est une incursion majeure et une frappe significative des avions de l'armée de l'air indienne. Toutefois si c'est Balakot dans le secteur de Poonch, le long de la ligne de contrôle, alors c'est une frappe largement symbolique car à cette époque de l'année les bases de départ et les camps insurgés sont vides et ne fonctionnent pas», a tweeté Omar Abdullah, ancien chef de gouvernement de l'Etat indien du Jammu-et-Cachemire.

À suivre aussi

Un barrage des forces de sécurité indiennes à Srinagar le 12 août 2019 [Tauseef MUSTAFA / AFP]
Conflit Cachemire indien : le couvre-feu sera assoupli après la fête nationale de l'Indépendance
Des étudiants pakistanais protestent le 5 août à Lahore contre l'annonce de l'Inde de révoquer l'autonomie constitutionnelle du Cachemire indien, en proie à un conflit territorial avec le Pakistan depuis 70 ans. «Le Cachemire saigne», peut-on notamment lire sur leurs banderoles.
Conflit Les clés pour comprendre la crise au Cachemire
Des drapeaux turc et américain flottent le 17 septembre 2016 au-dessus du village syrien de Tal Abyad, à l'extrême nord du pays près de la frontière turque [DELIL SOULEIMAN / AFP/Archives]
Conflit Syrie : Ankara et Washington vers la création d'une «zone de sécurité»

Ailleurs sur le web

Derniers articles