L'incarcération immédiate du cardinal Pell requise en Australie

Le cardinal George Pell derrière un policier à sa sortie du tribunal de Melbourne, le 26 février 2019 [CON CHRONIS / AFP] Le cardinal George Pell derrière un policier à sa sortie du tribunal de Melbourne, le 26 février 2019. [CON CHRONIS / AFP]

Le cardinal australien George Pell n'a montré «aucun remord» pour son comportement «honteux» à l'égard de deux enfants de choeur, a dénoncé mercredi le procureur australien en requérant l'emprisonnement «immédiat» de l'ex-numéro trois du Vatican reconnu coupable de pédophilie.

Le prélat de 77 ans, naguère l'un des plus proches conseillers du pape, a été hué à son arrivée au tribunal de Melbourne, dans le sud de l'Australie, où l'attendaient des manifestants au lendemain de l'annonce du verdict de culpabilité.

Le cardinal a été reconnu coupable le 11 décembre d'un chef de pénétration sexuelle et de quatre chefs d'attentat à la pudeur contre deux enfants de choeur alors âgés de 12 et 13 ans en 1996 et 1997 dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne, dont Mgr Pell venait d'être nommé archevêque. Pour des raisons légales, ce verdict n'a pu être annoncé que mardi.

Plus haut responsable de l'Eglise jamais condamné dans une affaire de pédophilie, le prélat, qui proteste de son innocence et a fait appel, risque 50 ans de prison. Sa peine devrait être prononcée dans les deux semaines qui viennent.

Le cardinal George Pell (au centre) à son arrivée au tribunal, le 27 février 2019 à Melbourne [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]
Le cardinal George Pell (au centre) à son arrivée au tribunal, le 27 février 2019 à Melbourne

Ses avocats avaient obtenu que son placement en détention, qui aurait dû intervenir en décembre, soit différé car il devait subir d'urgence une double opération des genoux.

Le procureur de la Couronne, Mark Gibson, a déclaré mercredi devant le tribunal que l'ancien archevêque de Sydney et Melbourne n'avait «montré aucun remord».

«Tu es le Mal»

«Il n'a pas assumé la responsabilité de ses actes. Ses fautes ne sont toujours pas expliquées», a-t-il dénoncé devant le Tribunal de Comté de Victoria. «Il y a eu une rupture de la confiance (...) Le cardinal Pell était la force motrice, le responsable de la cathédrale et ces enfants de choeur n'en étaient que des rouages».

Un manifestant proteste près du tribunal de Melbourne, le 27 février 2019 [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]
Un manifestant proteste près du tribunal de Melbourne, le 27 février 2019 [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]

Mgr Pell risque fort d'être placé en détention du fait du retrait soudain, par ses avocats, d'une demande de maintien en liberté sous caution dans l'attente du procès en appel, qui pourrait prendre plusieurs mois.

Relevant que la préméditation n'avait pas été retenue, son avocat Robert Richter a rappelé les dix témoins produits par la défense qui ont tous affirmé ne pas croire que Mgr Pell soit capable d'un tel acte.

«C'est une cour de justice, pas une cour de morale», a-t-il lancé au juge Peter Kidd.

Des manifestants protestent contre le cardinal George Pell à proximité du tribunal de Melbourne, le 27 février 2019 [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]
Des manifestants protestent contre le cardinal George Pell à proximité du tribunal de Melbourne, le 27 février 2019 [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]

La condamnation du cardinal a suscité la consternation en Australie, car le prélat, qui recueillait naguère les louanges des plus hautes autorités du pays, était une voix très écoutée dans le camp conservateur, sur des sujets aussi variés que le mariage gay ou le réchauffement climatique.

Mercredi, l'ancien archevêque de Melbourne et Sydney a été confronté à une foule hostile à son arrivée au tribunal. «Tu es le diable. Tu es le Mal. Tu es un pédophile. Tu es un criminel. Tu es un monstre», criait un homme. «Va pourrir en enfer !»

Un seul témoignage à charge

Il s'agit d'une nouvelle gifle pour une Eglise catholique qui vient d'organiser un sommet historique sur la lutte contre la pédophilie, au terme duquel le pape François a promis dimanche "une lutte à tous les niveaux», mais qui peine à convaincre les victimes du sérieux de sa réponse face à la gravité et l'ampleur du problème.

«C'est une nouvelle douloureuse», a réagi mardi le Saint-Siège, exprimant son «profond respect" pour la justice australienne et rappelant que le cardinal Pell «a réaffirmé son innocence et qu'il a le droit de se défendre jusqu'en dernière instance».

Le pape François prend part à une prière au troisième jour du sommet sur les abus sexuels commis par le clergé, le 23 février 2019 au Vatican [Vincenzo PINTO                       / POOL/AFP]
Le pape François prend part à une prière au troisième jour du sommet sur les abus sexuels commis par le clergé, le 23 février 2019 au Vatican [Vincenzo PINTO / POOL/AFP]

En décembre, au lendemain de la condamnation alors encore secrète du cardinal, le Saint-Siège l'avait écarté du premier cercle de neuf conseillers du pape. Et mardi soir, le porte-parole du Vatican a annoncé dans un tweet que Gerorge Pell n'était plus plus préfet du secrétariat pour l'Economie, le troisième poste dans la hiérarchie vaticane.

Les avocats du prélat ont affirmé mardi que son appel attaquerait notamment le caractère déraisonnable du verdict et la composition du jury.

En appel, un panel de trois juges doit rééxaminer les mêmes preuves qui ont été présentées aux jurés de première instance. Le processus pourrait prendre un an.

Pour Jeremy Gans, spécialiste du droit criminel à l'Université de Melbourne, ces juges pourraient mettre en cause le fait que le verdict ne repose que sur le témoignage de la seule victime encore en vie.

Le deuxième enfant de choeur, mort d'une overdose en 2014, n'avait jamais fait état à ses parents de l'agression.

George Pell a notamment été reconnu coupable d'avoir imposé une fellation à l'un des adolescents et de s'être masturbé en caressant l'autre.

Une enquête nationale portant sur les réponses institutionnelles apportées en Australie aux abus sexuels commis sur des enfants entre 1950 et 2010 a conclu que 7% des prêtres avaient été accusés d'actes pédophiles.

Le cardinal Pell avait été entendu trois fois par cette commission et avait reconnu avoir "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles dans l'Etat de Victoria.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles