Réchauffement climatique : la moitié de la population mondiale risque des maladies liées aux moustiques

Des moustiques qui propagent des maladies devraient considérablement élargir leur champ de répartition en raison du réchauffement des températures. Les moustiques qui propagent des maladies devraient considérablement élargir leur champ de répartition en raison du réchauffement des températures. [LUIS ROBAYO / AFP]

De nouvelles recherches ont révélé que les maladies transmises par les moustiques, telles que la dengue, la fièvre jaune et le virus Zika, étaient sur le point de se propager - ce qui représente un risque pour la moitié de la population mondiale.

Aedes aegypti et Aedes albopictus, deux des principaux moustiques qui propagent la maladie, devraient considérablement élargir leur champ de répartition en raison du réchauffement des températures.

Les modèles prévoient que d’ici à 2050, 49% de la population mondiale vivra dans des endroits où ces espèces sont établies. Si les émissions de gaz à effet de serre continuent de s’élever aux taux actuels et si elles ne sont pas réduites, des zones encore plus vastes seront menacées.

De nombreuses personnes susceptibles d'être infectées

«Si aucune mesure n'est prise pour réduire le rythme actuel du réchauffement climatique, des poches d'habitat s'ouvriront dans de nombreuses zones urbaines avec de nombreuses personnes susceptibles d'être infectées», a déclaré Moritz Kraemer, scientifique en maladies infectieuses au Boston Children's Hospital et à l'Université d'Oxford, co-auteur de la nouvelle recherche publiée dans la revue «Nature Microbiology».

Le virus Zika est considéré comme un risque pour les femmes enceintes car il peut provoquer des anomalies congénitales chez les bébés. Après avoir été identifié pour la première fois dans les années 50, il ne restait présent que dans une étroite bande équatoriale en Afrique et en Asie. Mais au 21e siècle, il s’est également étendu aux Amériques. Des taux élevés de microcéphalie ont été signalés dans certaines régions du Brésil, à la suite de la première épidémie de Zika en Amérique du Sud, en 2015.

La fièvre jaune peut causer des dommages au foie, des douleurs, de la fatigue, des nausées et peut provoquer une jaunisse. Elle est mortelle dans 5% des cas. Depuis les années 1980, le nombre de cas de fièvre jaune a augmenté, alors que l’immunité aurait diminué.

Entre le 6 janvier et le 4 mai 2017, le Brésil a signalé 1.392 cas de fièvre jaune, avec un taux de létalité de 34,2% parmi les cas confirmés, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

La dengue provoque des symptômes pseudo-grippaux, touche la plupart des pays d’Asie et d’Amérique latine et est devenue «une des principales causes d’hospitalisation et de décès chez les enfants et les adultes», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une propagation rapide

Il est difficile d’obtenir des taux d’infection précis en raison des erreurs de diagnostic fréquentes et de la sous-déclaration. Avant 1970, seuls neuf pays avaient connu de graves épidémies de dengue. La maladie est maintenant endémique dans plus de cent pays de certaines régions d'Afrique, des Amériques, de l'est de la Méditerranée, de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental, selon l'OMS. L’expansion rapide des moustiques a été favorisée par les transports et le commerce, qui continueront de faciliter leur propagation, a déclaré l’équipe de recherche.

«Le commerce d'articles tels que des pneus et des plantes en pot a fourni des habitats potentiels de développement larvaire et a conduit à la dissémination intercontinentale des [œufs de moustiques]», indiquent les chercheurs.

Si le changement climatique n’est pas maîtrisé d’ici à 2050, la propagation devrait être encore plus importante.

«Avec ce nouveau travail, nous pouvons commencer à anticiper les conséquences de divers changements environnementaux sur la transmission de maladies telles que la dengue et le Zika», a déclaré Simon Hay, directeur des sciences géospatiales à IHME et professeur de sciences de la métrique de la santé à l'université de Washington.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles