Le tigre du Bengale menacé de disparition

La population du tigre du Bengale est estimée aujourd'hui à 4.000 individus. La population du tigre du Bengale est estimée aujourd'hui à 4.000 individus. [HABIBUR ROB / AFP].

Les tigres du Bengale pourraient disparaître des Sundarbans, une région à cheval entre l'Inde et surtout le Bangladesh, d'ici à 2070, alerte une récente étude publiée dans la revue «Science of the Total Environment».

Le déclin de l'espèce, déjà en constante diminution, pourrait maintenant être irrémédiable du fait du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer, selon les chercheurs.

Combinés, ces deux facteurs menacent en effet directement le dernier habitat de l'animal, les Sundarbans, qui constituent le plus grand écosystème de mangrove encore présent au monde, et dont 70% de la superficie se situe à moins d'un mètre au-dessus du niveau de la mer.

D'une surface totale de plus de 6.000 km2, «la dernière forteresse» du tigre du Bengale, qui a su particulièrement s'adapter à cet environnement, est donc très fragile.

Une population estimée à 4.000 individus

Aujourd'hui, le nombre total de tigres du Bengale est estimé à un peu moins de 4.000 individus. Un chiffre déjà extrêmement bas qui s'explique par le braconnage, le commerce illégal ou la chasse, qui ont fait des ravages tels que la population totale a été décimée à 96 %, par rapport à 1990.

Une donnée extrêmement préoccupante alors que trois des huit sous-espèces de tigres ont par ailleurs déjà disparu, et que les cinq autres espèces sont toutes actuellement soit «en danger», soit en «danger critique» de disparition.

Les humains et d'autres espèces animales également menacés

Mais aux Sundarbans, la mise à mal du plus grand écosystème de mangrove du monde est aussi une menace pour les populations humaines locales et d'autres espèces animales.

C'est le cas, notamment, des daims des Sundarbans, qui, eux aussi, devraient être très affectés par la raréfaction des feuilles des arbres de la région qui sont à la base de leur alimentation.

Plus largement, les mangroves des Sundarbans forment un système efficace de régulation de l'eau, empêchent l'érosion des rivages, en plus d'être une barrière naturelle efficace contre les cyclones et les tsunamis.

Une étude réalisée en 2005 avait ainsi déjà souligné que les villages de la zone entourés par les mangroves ont enregistré moins de morts lors du tsunami de 2004 que les autres.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles