Pollution de l'air : une nouvelle étude revoit le nombre de morts à la hausse

Vue de Skopje, l'une des villes les polluées d'Europe, en décembre 2018 [Robert ATANASOVSKI / AFP/Archives] Vue de Skopje, l'une des villes les polluées d'Europe, en décembre 2018 [Robert ATANASOVSKI / AFP/Archives]

La pollution de l'air pourrait être deux fois plus meurtrière que ce que l'on pensait: une étude parue mardi la juge responsable de près de 800.000 morts par an en Europe et 8,8 millions dans le monde.

Entre 40 et 80% de ces décès prématurés sont dus à des maladies cardiovasculaires, estiment les chercheurs, qui publient leurs travaux dans la revue European Heart Journal. «Cela veut dire que la pollution de l'air fait plus de morts chaque année que le tabac, responsable de 7,2 millions de décès en 2015 selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS)», a affirmé l'un des auteurs, le professeur Thomas Münzel de l'université de Mayence (Allemagne).

«On peut éviter de fumer, mais on ne peut pas éviter d'être soumis à un air pollué», a-t-il ajouté. Les chercheurs estiment à 790.000 le nombre de morts dus à la pollution de l'air en 2015 dans l'ensemble de l'Europe, dont 659.000 dans les 28 états de l'Union européenne.

Cette estimation est nettement supérieure à celle de l'Agence européenne de l'environnement (AEE). Dans son rapport annuel publié en octobre, elle jugeait que la pollution de l'air aux particules très fines (PM2,5), au dioxyde d'azote (NO2, émis par les moteurs diesel) et à l'ozone (O3) était responsable en 2015 de 518.000 décès prématurés dans 41 pays d'Europe, et 480.000 dans l'UE.

L'étude publiée mardi est essentiellement consacrée à l'Europe, mais ses auteurs ont également appliqué leur méthode de calcul à l'ensemble du monde.

Ils arrivent au chiffre astronomique de 8,8 millions de morts causés par la pollution de l'air en 2015 sur l'ensemble de la planète, dont 2,8 millions pour la Chine. De précédents travaux chiffraient plutôt le total mondial à 4,5 millions.Pour réviser ces chiffres, les chercheurs allemands ont utilisé un nouvel outil statistique.

Ils ont estimé l'exposition aux polluants en se basant sur un modèle simulant la façon dont les gaz atmosphériques interagissent avec les composés chimiques issus de l'activité humaine (production d'énergie, industrie, transports, agriculture...)

Ils ont appliqué ces données à un nouveau modèle statistique combinant les taux de mortalité et l'exposition.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles