Attentat de Christchurch : le terroriste cite le «grand remplacement» et Marine Le Pen dans son manifeste

L’auteur présumé de l’attentat terroriste visant deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande) ce vendredi 15 mars, avait publié quelques heures avant sur Twitter un manifeste.

Dans ce document de 74 pages, l’homme, identifié comme étant un Australien d’extrême-droite âgé de 28 ans, annonce qu’il va perpétrer les attaques et expose ses motivations.

Instaurer «un climat de peur»

Le manifeste est intitulé «Le Grand remplacement», du nom de la thèse complotiste développée par le Français Renaud Camus et prisée des réseaux identitaires d’extrême-droite. Le terroriste présumé dit vouloir instaurer un «climat de peur» et «inciter à la violence» contre les musulmans, selon les informations du Guardian.

L’homme explique, par ailleurs, avoir décidé de passer à l’acte après la défaite de Marine Le Pen à l’élection présidentielle de 2017 et après l’attentat au camion du 7 avril 2017 à Stockholm, qui avait fait cinq morts dont une fillette de 11 ans.

Selon le quotidien britannique, il indique également avoir eu de «brefs contacts» avec Anders Behring Breivik, le terroriste norvégien qui a perpétré les attentats d’Oslo et d’Utoya le 22 juillet 2011.

Le compte Twitter du tireur, sur lequel avait été publié le document juste avant les attaques, a été supprimé.

L'attentat, qui a visé deux mosquées de Christchurch en pleine prière du vendredi, a fait 49 morts et une cinquantaine de blessés graves, selon un bilan provisoire. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles