La créatrice de la pétition contre le Brexit menacée de mort

Ce dimanche 24 mars, la pétition réunissait plus de 4.911.000 signatures[Niklas HALLE'N / AFP]

Elle est à l'origine de la pétition la plus populaire jamais soumise sur le site Internet du Parlement britannique. Pourtant, Margaret Anne Georgiadou est également la cible d'insultes et autres menaces de mort.

«Ces dix dernières heures, [j'ai] reçu trois menaces de mort au téléphone, mon compte [Facebook] a été piraté et j'ai reçu un torrent d'insultes sur Facebook», a-t-elle expliqué sur Twitter hier, samedi 23 mars. «Qui serait prêt à tuer pour le Brexit ?», s'est interrogée cette femme de 77 ans, qui a été contrainte de supprimer son compte Facebook. 

Actuellement à Chypre, Margaret Anne Georgiadou n'a pas eu l'occasion de participer à la plus grande marche jamais organisée au Royaume-Uni, qui a réuni plus d'un million de personnes hier dans les rues de la capitale selon les organisateurs. 

Ce dimanche 24 mars, la pétition réunissait plus de 4.950.000 signatures. L'engouement était tel que, cette semaine, environ 2.000 personnes signaient chaque minute. 

Le gouvernement britannique a l'obligation de répondre à toute pétition recueillant au moins 10.000 signatures, tandis que le Parlement britannique doit lui prendre en considération toutes celles qui dépassent les 100.000 signatures pour organiser un débat. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles