Rougeole : une banlieue new-yorkaise prend une mesure radicale contre les enfants non vaccinés

Le comté a enregistré 153 cas de rougeole. [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Frappé par une épidémie de rougeole, un comté au nord de New York a pris mardi la décision radicale de déclarer l'état d'urgence et de bannir de ses lieux publics tout mineur non vacciné contre la maladie.

La mesure - qui définit les lieux publics comme tout endroit censé rassembler plus de 10 personnes, moyens de transport inclus - a été annoncée mardi par le chef du comté de Rockland sur son site officiel, puis lors d'un point presse.

Mouvements de résistance aux vaccins

L'interdiction, effective à compter de ce mardi minuit et pour 30 jours, semble être la mesure la plus radicale annoncée aux Etats-Unis depuis que la rougeole est réapparue dans plusieurs régions, suite à des mouvements de résistance aux vaccins. «Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éteindre cette épidémie et protéger la santé de ceux qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou les enfants trop jeunes pour être vaccinés», a indiqué le chef du comté, Ed Day.

Il a déploré «la résistance croissante» de certains habitants face aux responsables de santé qui essaient de les protéger. «On leur raccroche au nez ou on leur dit de ne pas revenir», lorsqu'ils vont visiter les foyers touchés, a souligné M. Day, qualifiant ces réactions d'«inacceptables et irresponsables».

Le comté de Rockland, à quelque 40 kilomètres de New York, compte plus de 300.000 habitants. Une épidémie de rougeole y sévit depuis octobre, lorsque sept voyageurs ayant contracté la maladie sont arrivés dans le comté, soit la plus longue éruption de la maladie depuis son éradication officielle en 2000, selon M. Day. Le comté a enregistré au total 153 cas confirmés, a-t-il précisé.

Malgré des campagnes de vaccination intensives depuis le début de l'épidémie, quelque 27% des enfants entre un et 18 ans ne sont toujours pas vaccinés, a-t-il déploré. «Ces chiffres en disent long sur les raisons pour lesquelles l'épidémie continue», selon M. Day.

Les quartiers les plus touchés sont les quartiers à forte population ultra-orthodoxe juive : les opposants aux vaccins y sont nombreux, et ont souvent des liens avec des communautés orthodoxes de Brooklyn, également touchées par la maladie, selon le New York Times. De nombreux vaccins sont théoriquement obligatoires aux Etats-Unis pour aller à l'école. Mais 47 des 50 Etats, dont celui de New York, permettent des dispenses, notamment pour motifs religieux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles